Want to be a Star?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Le hasard fait bien les choses » [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Ven 16 Oct - 22:37



    C'était un jour spécial pour Freema... En effet, elle venait tout juste de sortir d'un casting et espérait être retenue pour le rôle qui lui plaisait ou même pour un autre, ça ne la dérangeait pas vraiment. Elle souhaitait simplement compter parmi l'équipe de tournage de Gods Behaving Badly. D'après ce qu'elle avait ouïe dire, la scénariste était Kate Beckinsale, une actrice que Freema admirait beaucoup pour son talent. La jeune femme quitta donc l'établissement où avait eu lieu le casting, un papier à la main qu'elle fourra dans son sac avant de respirer un bon coup, comme elle avait l'habitude de faire à la sortie d'une épreuve de ce genre ou d'un examen. L'actrice remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille et jeta un coup d'œil à la bâtisse avant de se remettre à marcher sans buts précis... Tout ce qu'elle voulait, c'était se dégourdir un peu les jambes histoire de se calmer. Freema avait encore un peu de mal à se rendre compte qu'elle venait de passer un casting pour passer au grand écran... C'était son plus grand rêve et voilà qu'il allait peut-être se réaliser, tout dépendait de ce qu'avait pensé les directeurs de son interprétation. Avait-elle été assez crédible pour jouer le rôle d'une déesse ? Alors que toute sorte de questions se bousculaient dans sa tête, Freema ne fit pas attention quant à l'endroit où elle marchait et bouscula quelqu'un...

    Sous l'effet de la surprise, l'actrice s'excusa sans même prendre garde à la personne avec qui elle venait tout juste d'entrer en collision et s'abaissa immédiatement pour ramasser son sac, remarquant que l'homme qu'elle avait bousculé portait une paire de chaussures anglaises, une marque que Freema n'eut aucun mal à reconnaître. La jeune femme ramassa les affaires éparpillées un peu partout, se jurant de fermer son sac la prochaine fois et se redressa pour faire face à l'homme en question mais, afficha une moue surprise. Elle était devant... Hugh Laurie !! Son acteur préféré pour diverses raisons... Ses joues s'empourprèrent rapidement et elle se mit à balbutier quelques phrases inintelligibles avant de respirer un bon coup, comme si elle sortait d'un casting - ce qui était justement le cas.


    « Hugh Laurie... Je ne vous avez pas reconnu sans la canne. »

    *Euh... C'est l'acteur de Dr House, pas le personnage, Freema...*

    « Je veux dire... Vous êtes mon acteur préféré et qui plus est, l'un de mes compatriotes. Freema Agyeman. » se présenta-elle en tendant la main vers lui. « Je suis actrice également. » expliqua t-elle, peut-être qu'il ne connaissait pas Dr Who.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mer 28 Oct - 22:32

    Cette journée relevait de la routine. Le seul truc qui sortait un peu de l’ordinaire aujourd’hui, c’était le casting pour le film de Kate, "Gods behaving badly". Hugh était allé passer le casting un peu plus tôt et il se retrouvait maintenant à flâner dans les rues de la ville, content d’avoir revu son amie Kate et en ayant un peu l’espoir de faire partie de l’équipe de ce film prometteur. Le concept avait plu au Britannique : un homme qui meurt, se retrouve devant un tribunal divin et est renvoyé sur terre pour se racheter en quelque sorte. Mr Laurie aimait bien l’idée car c’était quelque chose d’assez inhabituel dans les histoires commençant par la mort du personnage principal. Et comme il avait envie de s’amuser un peu, il avait passé le casting pour essayer d’obtenir le rôle de Forrel, le grand méchant dieu de la Terre. Après tout, depuis quelque temps, il avait, aux yeux du public, l’image de quelqu’un de difficile à cerner et c’était ainsi qu’il percevait le rôle de Forrel. Un petit défi capable de vous booster un homme comme lui.

    Après avoir passé son audition, Hugh avait invité Kate à le retrouver plus tard, histoire de passer un peu de temps ensemble, de sortir et de rigoler un peu en refaisant le monde autour d’une bière ou deux. Ce n’était pas gagné étant donné le temps que demandaient l’organisation et la production d’un film, mais l’Anglais savait bien que miss Beckinsale ne pourrait pas ne pas succomber à la tentation d’une soirée sympa. Logique, après une dure journée, qui refuserait de se faire plaisir ?

    Quoi qu’il en soit, pour le moment, l’acteur ne pouvait qu’attendre. Oh, bien sûr, il en avait profité pour acheter quelques bricoles, prendre un café et lire un peu, mais maintenant, il avait besoin de se dégourdir les jambes. Il s’arrêta devant la vitrine d’un chocolatier et se mit à observer toutes ces bonnes choses qui semblaient lui faire de l’œil… quand tout à coup, quelqu’un le bouscula, sans doute malencontreusement, à voir l’air un peu affolé de cette personne qui ramassait ses affaires éparpillées à leurs pieds. Hugh se pencha pour ramasser un carnet et une boite de maquillage qu’il tendit à la jeune femme avec un petit sourire.
    Ce qui suivit était assez tordant : la jeune femme passa par différentes couleurs et son visage afficha diverses expressions. Elle sembla hésiter entre la demande d’excuse, la demande d’autographe et la demande classique du « Je ne vous ai pas fait mal au moins ? ». Elle opta finalement pour un dérivé de la deuxième.


    "Je ne porte pas mes baskets non plus… pourtant vous m’avez reconnu."

    Canne, baskets, yeux bleus et barbe de trois jours. C’étaient les quatre ingrédients physiques que tout le monde retenait de son personnage de House. Il serra la main qu’elle lui tendait et sourit à nouveau.

    "Oh, alors je comprends mieux… Vous savez, sur les trottoirs, on n’est pas obligé de marcher à gauche par ici…
    Alors, vous êtes actrice… Je vais passer pour un inculte grossier, mais je ne pense pas vous avoir déjà vue… "


    Freema Agyeman… Non, il ne pensait pas connaître ce nom ni ce visage. Mais il avait préféré avouer tout de suite son manque de connaissances plutôt que de passer pour un goujat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Jeu 29 Oct - 1:57

    La jeune femme s'était contentée de le gratifier d'un sourire béat avant de remettre rapidement les affaires de son sac que Hugh Laurie lui tendait. Alors qu'ils s'échangeaient une poignée de main, Freema posa son regard sur ladite main de l'acteur en se disant que n'importe quel autre fan lui aurait sûrement arraché le bras mais, étant elle même du métier elle savait faire preuve de retenue. Son comportement le mettait peut-être mal à l'aise, l'actrice savait que pour certaine personne la célébrité dérange, surtout lorsqu'on se promène dans les rues de Los Angeles. Freema tenta de retrouver un visage impassible qui la ferait plus passer pour une femme mature que pour une adolescente à un concert de Tokio Hotel (c'était trop tentant la référence). Elle lui adressa un petit sourire désolé avant de se racler la gorge et de se remettre sur ses deux jambes. C'était vrai qu'il ne portait pas de baskets à ce moment là, étrange, peut-être qu'il sortait d'une réception importante ou alors d'un casting... D'ailleurs, la possibilité qu'il ait auditionné pour Gods Behaving Badly lui effleura l'esprit mais, elle renonça à lui poser la question parce qu'après tout, ce n'était pas ses oignons. Les seuls acteurs qu'elle avait croisé jusqu'à maintenant, ici, à Los Angeles, étaient tous deux d'origines britannique. Il y avait eu Sophia Myles et maintenant l'interprète du personnage principal de sa série américaine préférée... Freema devait sûrement être née sous une bonne étoile.

    Citation :
    "Oh, alors je comprends mieux… Vous savez, sur les trottoirs, on n’est pas obligé de marcher à gauche par ici…
    Alors, vous êtes actrice… Je vais passer pour un inculte grossier, mais je ne pense pas vous avoir déjà vue… "

    Ah ! Cette remarque la fit tout bonnement éclater d'un rire qui se voulu discret mais, sans grand succès. Plusieurs regards se posèrent sur elle et par chance, aucune meute de fans enragés ne se rua sur Hugh pour lui demander un autographe.

    « Que voulez-vous ? On ne change pas d'où on vient ! Bien que votre travail sur l'accent américain m'a tout simplement bluffé. »

    En effet, dans Dr House, Hugh interprétait tellement bien son personnage qu'on n'en oubliait presque qu'il était originaire de l'Angleterre. Quant il lui avoua qu'il ne la connaissait pas, Freema ne parut pas du tout offensé, bien au contraire, elle était moins populaire à Los Angeles et elle comprenait que l'acteur n'ait pas vraiment le temps de regarder les séries télévisées britannique alors qu'il était sur le tournage de la sienne.

    « Je ne vous en veux pas, en réalité, je viens tout juste d'arriver à Los Angeles pour passer quelque casting, je sors à peine d'une audition d'ailleurs. En réalité, je suis principalement connue en Angleterre pour avoir été le troisième compagnon de Dr Who dans la série du même nom, j'ai eu la chance de donner la réplique à David Tennant et j'ai aussi fait une apparition dans Torchwood. »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 1 Nov - 21:14

    Le problème avec la célébrité, c’est que tout le monde vous connaissait et que, malheureusement, cela ne vous permettait pas pour autant de connaître tout le monde. Avant qu’il ne joue le rôle de House, Hugh n’était pas parmi les acteurs les plus connus et il lui arrivait de se sentir comme s’il faisait partie du peuple, un être humain tout simple parmi les autres.

    Un jour qu’il était à New York et qu’il se baladait, il avait aperçu un type qu’il connaissait très bien se diriger vers lui. Hugh avait beau se creuser la cervelle, impossible de se souvenir de son nom ni d’où il le connaissait. Cette sensation est fréquente lorsqu’on croise à l’étranger quelqu’un qu’on connaît chez soi, ou vice versa. Un visage hors contexte crée une sorte de confusion. Pourtant, celui-ci lui était si familier qu’il lui aurait certainement fallu s’arrêter, le saluer, bavarder… Le type lui aurait sans doute dit : "Mon cher Hugh, comment vas-tu ?" et peut-être même "Finalement, tu l’as fait ce truc dont tu m’avais parlé ?" et lui, il n’aurait pas su sur quel pied danser. Feindre de ne pas le voir ? Trop tard. Il regardait encore de l’autre côté de la rue mais il s’apprêtait à tourner la tête dans sa direction. Autant prendre les devants, le saluer et chercher à le resituer d’après la voix, les premiers échanges.
    Ils étaient à deux pas l’un de l’autre, Mr Laurie allait se fendre d’un large et radieux sourire, tendre la main, quand tout à coup il l’avait reconnu. C’était Anthony Hopkins. Naturellement, ils ne s’étaient jamais rencontrés. Une fraction de seconde avait suffi pour que Hugh suspende son geste, et il l’avait croisé, le regard perdu dans le vide.
    Par la suite, en réfléchissant à cet incident, Hugh en avait conclu qu’il n’y avait rien là que de très normal. Une fois déjà, il avait vu Dustin Hoffman au restaurant et l’impulsion lui était venue de le saluer. Ces visages peuplent notre mémoire, nous avons passé en leur compagnie des heures entières devant un écran, ils nous sont devenus aussi familiers que ceux de nos parents éloignés, et parfois même davantage. On peut être spécialiste de la communication de masse, débattre des effets de réalité, disserter sur la confusion entre réel et imaginaire et sur ceux qui en sont victimes, on n’échappe jamais à ce syndrome. Le problème, c’est qu’il y a pire.

    Enfin, là n’était pas la question et, même si la rencontre de Miss Agyeman rappelait à l’acteur britannique ces réflexions et ces passages de sa vie, ce n’était pas le moment de disserter sur les effets des écrans sur les vies humaines. D’ailleurs, Hugh était censé répondre à quelques propos, là.


    "Oh, merci, mais… ce n’est pas évident, vous savez… je dois souvent refaire certaines scènes où mon accent british refait surface ! C’est un peu comme si je jouais au tennis avec des gens et que j’avais un saumon à la place d’une raquette !"

    Mais Freema n’était pas la première à être bluffée par le travail sur l’accent. Hugh avait été choisi parce que le producteur avait cru voir en lui "un vrai Américain". Le comble.

    Puis, Freema parla de ce qu’elle faisait. Des tournages de séries, principalement. Il fallait reconnaître que c’était franchement en vogue ces temps-ci, les séries. Tous les pays y allaient de leur petite nouveauté et certains réussissaient mieux que d’autres. Hugh connaissait la série Doctor Who. Il n’avait pas tout suivi, mais il avait vu les deux premières saisons, pour une raison particulière répondant au nom de Billie Piper. Mais fallait-il le dire ? C’était un peu comme s’il disait "Ah oui, je regardais ça avant, puis j’ai arrêté juste avant que vous ne vous mettiez à jouer dedans." Pas très élégant, comme entrée en la matière.


    "Je ne connais pas Torchwood, mais j’ai vu quelques épisodes de Doctor Who. Une amie jouait dans cette série, Billie Piper, vous la connaissez peut-être…
    Mais vous dites sortir d’une audition, vous avez des projets en-dehors de la Grande-Bretagne ?"


    C’était une question purement rhétorique. De celles que l’on pose pour ne pas avoir à parler de la pluie et du beau temps. Une question typique qu’on pose à quelqu’un qu’on rencontre pour la première fois et avec qui il est impossible de deviner la tournure que prendront les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Lun 2 Nov - 1:22

    Citation :
    "Oh, merci, mais… ce n’est pas évident, vous savez… je dois souvent refaire certaines scènes où mon accent british refait surface ! C’est un peu comme si je jouais au tennis avec des gens et que j’avais un saumon à la place d’une raquette !

    Freema ne put s'empêcher de rire en écoutant la métaphore de Hugh, se débarrasser de son accent n'était pas du tout une chose aisée et la jeune femme se doutait un peu que l'acteur devait peiner à apprendre ses scénarios. Qui plus est, les expressions américaines n'avaient quelque fois strictement rien à voir avec les expressions anglaises... Ceci dit, Freema se doutait qu'elle allait devoir travailler son langage si elle comptait faire carrière aux États-Unis un jour. Certaines personnes pensent que changer son accent revenaient à renier ses origines mais, dans des situations telles que les leur, il n'y a pas d'autres choix possibles et ce n'est pas pour ça qu'on oublie d'où on vient, les souvenirs restent, eux.

    Citation :
    "Je ne connais pas Torchwood, mais j’ai vu quelques épisodes de Doctor Who. Une amie jouait dans cette série, Billie Piper, vous la connaissez peut-être…
    Mais vous dites sortir d’une audition, vous avez des projets en-dehors de la Grande-Bretagne ?"

    Au moins, Hugh avait le mérite d'être franc, tout du moins, il faisait comprendre à Freema qu'il ne suivait pas la série et elle ne pouvait pas lui en vouloir parce qu'il lui arrivait aussi de louper quelques épisodes de House M.D. Billie Piper, ça voulait donc dire que l'acteur avait cessé de suivre la série juste avant la saison où Freema interprétait le rôle de Martha Jones.

    « Oui, je connais Billie. Vous savez, cette série est devenue une sorte de grande famille, tout le monde connait à peu près tout le monde et Billie m'a donné des conseils et des petites anecdotes avant que je ne rejoigne l'équipe du tournage... Elle m'a passé le flambeau comme on dit. Et pour répondre à votre question, c'est exact. Je trouve que les États-Unis est l'endroit rêvé pour entamer une carrière cinématographique. Je viens d'auditionner pour Gods Behaving Badly, un film réalisé par Kate Beckinsale... J'espère que mon agent a vu juste. Croisons les doigts. » dit-elle en joignant le geste à la parole.

    « Et vous ? Vous en êtes où dans votre carrière ? D'ailleurs, j'ai acheté votre livre mais, je n'ai pas encore eu le temps de le lire. »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mer 4 Nov - 16:30

    Imaginez une seconde qu’il est possible que les coïncidences soient aussi heureuses que le hasard… Imaginez que le rêve puisse devenir réalité et qu’une actrice comme Freema Agyeman puisse rencontrer Hugh Laurie, le plus simplement du monde, dans une rue, devant une boutique de chocolats. Eh bien, voilà, nous y sommes. Et le plus beau dans l’histoire, c’était que l’homme avait le temps de parler, qu’il n’était pas accompagné d’une troupe de boulets plus collants les uns que les autres et que, par conséquent, la rencontre de cette jeune actrice lui était agréable, à lui aussi.

    Freema semblait de celles qui sont franches et sincères. Il suffisait de la regarder dans les yeux pour ressentir la force de sa sincérité. Il suffisait de la voir sourire pour comprendre aussitôt que ce visage n’était guère composé pour la circonstance et que ce sourire était bel et bien réel. Alors, quand elle éclata de rire, Mr Laurie estima qu’il était de son devoir d’offrir à cette jeune personne un joli sourire, lui aussi, et de ne pas continuer à s’attirer la vedette dans cette histoire. Après tout, il était évident que Miss Agyeman n’avait pas besoin qu’il fasse l’andouille pour être d’agréable compagnie.
    Bien sûr, puisqu’elle connaissait Billie, tout se recoupait dans l’esprit de l’homme. Et ça se recoupa encore plus lorsque la Britannique lui annonça qu’elle venait de passer un casting… et pas n’importe lequel, je vous prie…


    "Noooon ? Vous rigolez ?"

    Mais non, visiblement, Freema ne rigolait pas. Elle était même plutôt sérieuse. Alors là, pour une surprise…

    "Dites-moi, miss Agyeman, vous croyez au destin ?"

    Bon, c’était une question purement rhétorique, d’ailleurs, Hugh continua derechef, histoire de bien montrer la rhétoricité de ses derniers propos :

    "Je vous demande ça, parce qu’il doit bien y avoir quelque chose qui nous a poussés à nous rencontrer aujourd’hui… en avant-première, si l’on peut dire…
    J’ai passé le même casting que vous, pour le rôle de Forrel, le dieu de la Terre... Et vous ?"


    L’appel du grand écran, sans nul doute. Hugh ne cherchait pas les premiers rôles dans les longs métrages. En général, il était plus facile pour lui de s’impliquer vraiment dans un rôle qui était "moins écrit" que celui d’un personnage principal.

    "Donc, voilà où j’en suis dans ma carrière comme vous dites… Quant à mon roman, eh bien… je ne vais pas vous en parler, je ne l’ai pas lu."

    Bon, en fait, si, il l’avait lu, bien sûr, mais pas comme un lecteur lit un livre. Hugh avait lu sa production comme un auteur relit son œuvre pour vérifier que tout se tient, qu’aucun passage ne lui déplaise et qu’il n’avait pas laissé de fautes d’orthographe quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mer 4 Nov - 20:01

    Freema commençait à se faire à l'idée qu'elle était en pleine discussion avec Hugh Laurie. Il n'était pas rare pour elle de rencontrer des personnes du même milieu qu'elle, bien que la jeune femme admirait Hugh pour son interprétation du Docteur Gregory House mais, que l'on soit du milieu ou non, il était intéressant de voir les acteurs en dehors de l'écran ne serait-ce que pour comparer le caractère de leur personnage à leur véritable personnalité et une chose était sûre, Hugh n'avait rien à voir avec le Dr House. Cela se voyait par son sourire que l'actrice lui rendait volontiers.

    La conversation n'avait rien d'extraordinaire pour le moment, ils apprennaient à mieux se connaître mais, soudain, elle prit une toute autre tournure lorsque le quinquagénaire lui demanda si elle plaisantait. Freema fronça légèrement les sourcils, se demandant à quoi il faisait allusion en répondant ainsi à sa question puis, Hugh lui demanda si elle croyait au destin et la jeune femme songea qu'il venait peut-être de passer un casting pour Madame Irma mais, lorsqu'il lui expliqua enfin le pourquoi du comment, Freema afficha une moue surprise et dans le bon sens ! En effet, elle qui rêvait un jour de tourner avec l'un de ses compatriotes venu faire carrière aux States, peut-être que cette chance allait lui être offert. Tout dépendrait de ce que les directeurs de casting avaient pensé de son interprétation de tout à l'heure. Pour l'heure, la jeune femme eut du mal à cacher sa joie qu'elle afficha dans un magnifique sourire dévoilant des fossettes aux creux de ses joues pour éviter de trop attirer l'attention sur eux. En fermant un œil, Freema tenta de se rappeler ce que le script disait du personnage de Forrel, de son caractère, Hugh était parfait pour ce rôle, elle en était convaincu.


    « Super ! J'ai beaucoup apprécié le personnage de Forrel également pour ma part, j'ai hésité entre le rôle de l'ange gardien enquiquineur et un Dieu mais, j'ai finalement auditionné pour le rôle de Salhïde, celle qui s'attache à Fred. »

    Citation :
    "Donc, voilà où j’en suis dans ma carrière comme vous dites… Quant à mon roman, eh bien… je ne vais pas vous en parler, je ne l’ai pas lu."

    Freema acquiesça, c'était vrai qu'on ne pouvait pas dire ce que l'on pensait de son propre roman parce qu'après tout, c'était Hugh qui l'avait écrit donc...

    « Tant mieux, je n'aurais pas de spoilers comme ça. » dit-elle en riant légèrement.

    Son regard se posa alors sur la vitrine mais, elle détourna bien vite le regard pour se concentrer sur les yeux bleus de son interlocuteur.


    « C'est dangereux de stationner près d'une boutique de chocolats, je risque de ne plus répondre de moi et de dévaliser le magasin. »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Jeu 5 Nov - 11:27

    Eh bien, si le hasard n’avait rien à voir là-dedans, il y avait quelqu’un, là-haut ou ailleurs, qui décidait que les choses se passent ainsi ou autrement. Bref, ce n’était pas le moment de réfléchir sur l’existence ou non d’un être supérieur, mais bien de faire face à l’instant présent.
    Donc, cette demoiselle, cette actrice, était une personne de son pays qui cherchait à percer aux States. Oh, en soi, ce n’était pas quelque chose de rare ou d’exceptionnel, de plus en plus d’acteurs essayaient de faire leurs preuves aux Etats-Unis car dans leur pays, s’ils étaient connus, cela restait justement dans leur pays… Hugh connaissait bien ce sentiment : avant d’interpréter Greg House, il était surtout connu au Royaume-Uni, pour ses rôles dans "Black Adder", "Jeeves & Wooster", "Fortysomething" puis dans quelques films aussi, surtout pour "Maybe Baby (ou comment les Anglais se reproduisent) ". Bref, s’il était connu et reconnu dans son pays, cela s’arrêtait là. Et ce n’était pas les rôles secondaires qu’il avait interprétés toute sa vie qui allaient le révéler du jour au lendemain au monde. D’ailleurs, si David Shore n’avait pas vu en lui le personnage de House, Mr Laurie n’en serait pas là puisqu’il avait, dans un premier temps, voulu jouer le rôle de James Wilson. Enfin… la vie est ainsi faite et les Rolling Stones ont raison : "You can’t always get what you want… but if you try sometimes you just might find and get what you need". En d’autres termes, tout vient à point à qui sait attendre.

    En somme, Hugh se disait que Freema avait de grandes chances de ne pas rester une illustre inconnue du grand public. Et il y avait fort à parier que le film de Kate jouerait en sa faveur si elle était choisie.


    "Salhïde ? Oh, eh bien si Kate nous choisit, nos personnages auront sans doute plusieurs clashes ensemble… Si vous aviez essayé la déesse du feu, nous aurions été complices !"

    Mais cela n’empêchait pas les acteurs de s’apprécier et de se parler sur le plateau de tournage, la mésentente des personnages n’avait rien à voir avec les liens qui se créaient entre les protagonistes du tournage d’un film, après tout…

    La question du bouquin de Hugh finit par s’estomper et l’Anglais en fut un peu soulagé. Il avait certes écrit ce roman en y mettant beaucoup de lui-même, mais parler de ce qu’on ressent en tant qu’auteur, c’était un peu différent de ce qui se faisait quand on était acteur, scénariste ou autre.

    Mais il était temps de regarder de plus près cette vitrine pour le moins intrigante… et comme Freema émettait l’hypothèse du danger de rester devant pareille vitrine, l’homme lui adressa un sourire en disant :


    "En fait… j’allais certainement entrer acheter quelques friandises… Regardez, ils ont des spécialités suisses et belges ! les meilleurs chocolats du monde ! Vous avez déjà goûté à ces pralines fourrées ?"

    Si ce n’était pas le cas, l’acteur se mettrait en devoir de faire découvrir cela à sa compatriote. Il avait d’ailleurs un petit secret pour déguster ces magnifiques inventions à vous titiller le palais et à vous pousser à vous damner pour connaître ça à nouveau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 8 Nov - 1:49

    La moue innocente, Freema haussa les épaules. Il était vrai qu'elle aurait pu choisir un autre personnage mais, pour son premier rôle au grand écran elle ne voulait pas trop s'éloigner de la personnalité qu'elle avait l'habitude d'incarner et avec lequel l'actrice était plus crédible mais, elle en arriva à la même conclusion que Hugh, ce n'était pas parce que les personnages que l'on incarne sont opposés à ceux des autres que les acteurs le sont aussi. Ceci faisait partie du métier lorsqu'on se lançait dans le septième art.

    « En effet, ça aurait pu être intéressant, si j'avais su que vous passiez le casting... Enfin, pour le moment, il ne reste plus qu'à guetter l'arrivée du facteur et à le protéger du chien de mon voisin pour qu'il parvienne à ma boîte aux lettres en un seul morceau. »

    Non pas que Freema avait des problèmes de voisinage, bien au contraire, le couple qui vivait à côté d'elle était adorable et leur chien aussi mais, il semblait faire une allergie aux fonctionnaires. Pourtant, ce n'était qu'un petit Yorkshire de rien du tout mais, cette race de chien était connue pour être particulièrement hargneuse et ce n'était pas la préférée de Freema non plus. L'actrice préférait les Cavalier King Charles Spaniel, un chien qui faisait partie du top 5 des races les plus populaires en Angleterre et elle comptait même en adopter un. La voix de Hugh la chassa hors de ses pensées alors qu'elle commençait à divaguer un peu et se concentra sur la vitrine en question, observant toutes les jolies choses faites en chocolat... C'était la friandise à la mode et toujours indémodable après tant d'années, les grands couturiers en faisaient même l'élément centrale des robes de leur collection et Freema se disait que c'était un comble de faire porter une robe en chocolat sur des nanas anorexiques.


    Citation :
    "En fait… j’allais certainement entrer acheter quelques friandises… Regardez, ils ont des spécialités suisses et belges ! les meilleurs chocolats du monde ! Vous avez déjà goûté à ces pralines fourrées ?"

    L'actrice leva le nez, essayant de se souvenir si elle avait déjà goûté ou non à des spécialités suisses ou belge.

    « Jusque là, j'en suis au chocolat Milka ®️ et aux Léonidas ®️. Je me souviens avoir goûté de la pâte d'amandes belge l'autre jour, c'est délicieux mais, il ne faut pas trop en abuser... Maintenant que vous le dîtes, je vais vous suivre à l'intérieur. »

    Hugh l'avait tenté et elle allait sûrement en ressortir avec une ou plusieurs boîtes de chocolats à la main, histoire de faire ses provisions. Freema était comme une souris dans un magasin de fromage.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mer 11 Nov - 20:57

    C’était marrant de rencontrer des gens du métier. Surtout quand vous découvriez au fur et à mesure que ces personnes-là étaient d’une certaine manière liées à vous… Liées à vous par des castings, des connaissances ou des goûts. C’était à la fois marrant et enrichissant. Et Hugh aimait cela. Alors, cette jeune femme, avec laquelle il allait peut-être tourner, il voulait essayer de mieux la connaitre. On ne savait jamais, après tout…

    "Il vaudrait mieux, effectivement… Imaginez que le facteur, effrayé, s’en aille à toute vitesse en emportant avec lui la promesse d’apparaître sur grand écran !"

    Si ça devait arriver à Hugh, il était clair qu’il aurait des envies de meurtre sur le maudit chien en question !
    Car il ne suffisait pas, dans ces cas-là, de donner un sucre à un molosse pour qu’il ne préférât pas les mollets du facteur… Mr Laurie connaissait ça, il y avait des tas de chiens qui ne supportaient pas la vue d’un uniforme ou qui étaient trop protecteurs de leur territoire… Résultat : la poste finissait par décréter que cette boite aux lettres ne bénéficiait pas d’un accès aisé… et ça finissait par un refus de la poste de vous livrer votre courrier sous prétexte que les facteurs craignaient un danger possible.

    C’était un peu pour cela que l’acteur britannique avait laissé tomber l’idée de vivre en compagnie d’un berger allemand agressif. Pour le moment, du moins.

    En attendant, puisque cette vitrine de chocolats semblait les attirer tous les deux, l’Anglais ouvrit la porte de la boutique pour laisser passer Freema devant lui.


    "Je vais vous faire découvrir les meilleures pralines du monde !"

    Les friandises Neuhaus ®️ étaient excellentes et les diverses manières de préparer leurs pralines avaient tout de suite charmé Hugh Laurie. Après tout, c’était une forme d’art aussi, la gastronomie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Jeu 12 Nov - 13:15

    Freema ne put qu'acquiescer d'un signe de tête, elle n'allait sûrement pas laisser un petit Yorkshire hargneux agresser le Messie, celui qui viendrait lui apporter la réponse de son casting ou plutôt de ses castings parce qu'elle avait également auditionné pour jouer dans une sitcom, un tout nouveau rôle. Celui d'une certaine Olivia, son caractère étant l'opposé du sien... Elle pensait que cela pourrait être amusant à interpréter et finalement, elle s'était lancée en espérant être crédible.

    Lorsque Hugh ouvrit la porte du magasin pour la laisser entrer, l'actrice le gratifia d'un petit sourire avant de franchir le seuil d'une mine enjouée, regardant toutes les confiseries exposées et dont la réputation de certains chocolatier n'était plus à faire. En effet, bien que Freema dégustait principalement les chocolats trouvés en supermarché, elle reconnaissait tout de même quelques noms. Le chocolat avait certaines vertus, finalement, c'était une bonne idée d'être entrée dans ce petit coin de paradis, elle pourrait ainsi s'approvisionner, c'était l'ingrédient indispensable pour les cas de forces majeures, comme par exemple la déprime.


    « Les meilleures pralines du monde... Hmm. » dit-elle en arborant une mine visiblement très enthousiaste.

    C'était vrai qu'en fonction de son métier, Freema devait faire particulièrement attention à sa ligne mais, ce n'était pas quelques pralines qui lui ferait prendre trente kilos ! Elle savait se maîtriser et ne refusait jamais une petite douceur, qui résisterait à du chocolat ? Certainement pas elle ! Alors que son regard passait de vitrines en vitrines, l'œil de la jeune femme fut attiré par un bloc de chocolat.


    « Oh ! Du chocolat marteau... Enfin, chocolat à casser au marteau. Mon frère, Domenic, adore ça ! »

    Petit à petit des souvenirs de famille lui revinrent en mémoire, des souvenirs qu'elle avait complètement oublié... En effet, il arrivait à ses parents de se rendre dans ce genre d'endroit. Tout ça remontait à loin maintenant.


    « Quelles sont vos pralines préférées ? Moi je n'en suis pas sûre... C'était comme si on me demandait de me choisir une étoile préférée dans le ciel... C'est tout simplement impossible ! » dit-elle avec son éternel sourire enthousiaste.

    Même si elle n'avait pas encore goûté au chocolat, le fait d'être dans le magasin avec un homme qu'elle respectait beaucoup suffisait à la rendre joyeuse et à lui faire oublier ses soucis l'espace de quelques minutes. Freema se frottait les mains, arborant le visage d'un enfant qui ouvre ses cadeaux de Noël. Elle contempla les figurines en chocolat avec admiration, les détails... tout était vraiment bien fait...
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Sam 21 Nov - 0:13

    La compagnie de cette jeune femme dans un lieu si chocolaté ne pouvait se refuser. D'abord parce qu'elle était d'agréable conversation, ensuite parce qu'elle aimait visiblement le nectar du nectar... j'ai nommé : le chocolat, et plus précisément, les pralines. Hugh avait toujours été intimement persuadé que quiconque pouvait apprécier le chocolat et la délicatesse des créations pralinées ne pouvait qu'être fondamentalement quelqu'un de bien. Bon, jusqu'ici, cette théorie était valable, mais Mr Laurie ne fréquentait pas non plus des quartiers mal famés ou des clubs de piqués. Enfin, bref, disons que cette règle élémentaire se vérifiait en tout cas avec les relations amicales et professionnelles du Britannique. Et c'était déjà pas mal.

    Or donc, Hugh Laurie avait joué le gentleman et avait ouvert la porte à Freema, ne lésinant ni sur la courbette ni sur la galanterie. Après tout, pour faire entrer quelqu'un dans un tel palais du plaisir, il fallait bien montrer patte blanche. Mais qu'est-ce que je raconte, moi? Hugh est un gentleman. C'est dans sa nature, dans ses gènes, bref, ça faisait partie de lui, indissociablement.


    "Les meilleures du monde, oui... Je vais vous montrer comment je les savoure et vous ne verrez plus jamais ces délicatesses de la même façon !"

    D'un regard circulaire, Hugh observa lui aussi les vitrines et étalages qui rivalisaient tous de couleurs et de parfums, de slogans et de jeux de mots les plus appropriés. Bon sang, rien qu'à voir tout ça, on avait envie de rester cloué sur place et de regarder ces étalages durant des heures et des heures. Tiens, cette fontaine de chocolat fondu, par exemple, avec le petit paysage fait de massepain, de sucre et de pain d'épices... C'était un véritable travail d'artiste !

    Mais heureusement, Freema n'était pas aussi obnubilée que lui par ces devantures alléchantes et elle avait même repéré quelque chose de moins travaillé... un chocolat plein de souvenirs, d'ailleurs, apparemment...


    "C'est le chocolat qui se vend pour les pâtissiers, non? On peut en trouver par blocs de deux kilos, si je ne me trompe pas ! Vous imaginez? il suffit de faire quelques copeaux, de les mettre dans un bol et hop, une soirée télé tout simplement géniale... à condition que le film soit bon.
    Si vous voulez, on peut acheter un bloc tous les deux et le partager ensuite... comme ça vous pourrez faire plaisir à votre frère et moi je me ferais plaisir aussi..."


    Ben oui, le problème dans ces boutiques, c'était surtout les prix. Ici, en l'occurrence, on payait assez cher la qualité. Et Hugh avait, d'une certaine manière, poussé Miss Agyeman à entrer ici. Dès lors, il ne tenait pas à la pousser, en plus, à dépenser beaucoup dans un magasin alors que c'était un peu sa faute à lui si elle était là. Il pourrait peut-être demander un ballotin de pralines assorties et offrir une séance de dégustation à cette sympathique compatriote, ça pouvait peut-être être un moment très intéressant...

    "Ma praline préférée? Oh, eh bien, j'ai un certain faible pour la "Tentation" de Neuhaus et pour la "Manon" de Leonidas... Je n'aime pas trop les pralines fourrées avec des trucs bizarres, en fait..."

    Et, faisant mine de rien, Hugh s'était approché de l'un des responsables du magasin. Il lui demanda s'il était possible d'occuper l'un des salons de dégustation et d'obtenir un plateau d'assortiments. Le jeune homme acquiesça et indiqua aux deux acteurs une porte donnant sur une pièce confortable, décorée de manière plus sobre que la boutique et où il était possible de s'asseoir dans des fauteuils.

    "Miss Agyeman, je ne sais pas vous, mais moi j'ai bien envie de me poser un instant dans le coin. Si ça vous tente, je vous invite."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 22 Nov - 18:54

    Les meilleures pralines du monde... Ce n'était sûrement pas Freema qui allait le contredire, elle qui considérait le chocolat et ses dérivés comme son péché mignon. Ne dit-on pas que le chocolat rend heureux ? L'actrice suivit Hugh avec enthousiasme, le remerciant au passage lorsque ce dernier lui ouvrit la porte, tel un parfait gentleman. Les meilleures du monde, Freema voulait bien le croire ! D'ailleurs, elle n'eut aucun mal à le croire, ce n'était certainement pas elle qui allait le contredire sur ce coup là, surtout s'il y avait un salon de dégustation dans l'arrière salle. La jeune femme n'avait pas raté l'affiche placardée sur la porte d'entrée, indiquant que ce magasin proposait des dégustations mais, une fois à l'intérieur, elle fut surprise de voir qu'il n'y avait pas grand monde. Tant mieux, cela en ferait plus pour eux deux ! Égoïste ? Elle ? Noooon ! Juste un chouïa quand il s'agit de chocolat (admirez la rime) mais, il était vrai qu'en général, Freema passait devant ce genre de magasin sans prendre la peine d'y entrer et de profiter un peu, elle les fuyait mais, une fois à l'intérieur, la jeune femme se rendait compte ô combien elle avait eu tort. Elle se surprit même à baver devant cette magnifique fontaine en chocolat surplomber d'un paysage en pain d'épices et autres sucreries en tout genre. Ce n'était certes pas très bon pour la ligne mais, pour les yeux, c'était un véritable délice !

    « C'est vraiment de l'art, on se croirait presque dans un musée. »


    Citation :
    "C'est le chocolat qui se vend pour les pâtissiers, non? On peut en trouver par blocs de deux kilos, si je ne me trompe pas ! Vous imaginez? il suffit de faire quelques copeaux, de les mettre dans un bol et hop, une soirée télé tout simplement géniale... à condition que le film soit bon.
    Si vous voulez, on peut acheter un bloc tous les deux et le partager ensuite... comme ça vous pourrez faire plaisir à votre frère et moi je me ferais plaisir aussi..."

    Freema acquiesça d'un signe de tête, c'était vrai que l'on pouvait voir ce genre de chocolats partout mais, des pralines comme celles que proposait Hugh de lui faire découvrir, il n'y en avait que dans ce genre de magasin dans lesquels elle évitait d'entrer en général mais, le fait d'y mettre les pieds avec l'acteur avait quelque chose de convivial. Il ne manquait plus qu'une bonne tasse de thé pour être projeté en Angleterre l'espace de quelques instants.

    « Des soirées télé comme celles-ci, je ne dirais pas non ! C'est une bonne idée de partager un bloc... Marché conclu, j'espère que mon frère va venir me voir bientôt au risque que je l'engloutisse à moi toute seule. Non, je plaisante, je sais m'arrêter quand il le faut. »
    dit-elle en lorgnant une dernière fois sur ce fameux bloc de chocolat que le vendeur était en train de casser à l'aide d'un marteau.

    Par la suite, elle écouta Hugh faire part de ses expériences culinaires en matière de chocolat, Freema, quant à elle, n'en mangeait pas souvent. Petite, elle avait rarement droit à des confiseries, ses parents étaient stricts et finalement, elle pouvait s'en passer bien qu'elle soit un tantinet gourmande de nature mais, qui ne le serait pas devant ce genre de petites douceurs ?


    Citation :
    "Miss Agyeman, je ne sais pas vous, mais moi j'ai bien envie de me poser un instant dans le coin. Si ça vous tente, je vous invite."

    « Cela tombe plutôt bien, je n'avais rien à faire. J'accepte cette invitation avec plaisir ! » répondit-elle aussitôt, un sourire grand jusqu'aux oreilles.

    Tous deux entrèrent dans l'arrière salle et s'installèrent sur les fauteuils prévus à cet effet, l'ambiance était vraiment calme et convivial et à la place d'une odeur d'encens, ce fut une odeur de chocolat qui leur chatouilla les narines. Peu de personnes pouvaient se vanter de déguster des chocolats et des pralines avec Hugh Laurie alors autant sauter sur l'occasion et puis, ils devaient apprendre à mieux se connaître s'ils devaient tourner ensemble un jour.


    « Le chocolat nous réserve aussi beaucoup de surprises, je me souviens, quand j'avais 5 ans, ma mère m'emmenait souvent voir ma tante et ma cousine qui avait le même âge que moi. Nous étions toutes les deux très gourmandes et nous sommes tombées sur une boîte de chocolat mais, en croquant dedans... il y avait de la liqueur. On courait partout après la poubelle, c'était assez drôle à voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Sam 28 Nov - 10:36

    Le paradis du chocolat, c’était quelque chose de vraiment extra. L’ambiance était sucrée partout dans ce magasin, avec cette lumière un peu tamisée et ces couleurs géniales un peu partout… Oui, vraiment, cette boutique était un Eden pour tout amateur de sucreries à base, ou non, de fèves de cacao.
    Ici, Hugh pouvait oublier tout ce qui n’avait pas été bien dans sa vie ces derniers mois et ces dernières années. Il pouvait penser à lui et à se faire plaisir sans avoir à ne fût-ce que songer au reste. C’était peut-être ça, au fond, le paradis… un endroit ou un moment où on pouvait oublier tout ce qui clochait autour de nous pour n’avoir que des pensées positives.
    Mr Laurie avait un jour emmené Jo Green dans ce genre d’endroit, à l’époque où il croyait encore que son épouse l’aimait suffisamment pour accepter son choix de faire carrière tant que l’opportunité se présentait à lui. Cela remontait à quelques années. Jo et Hugh, alors peu connu du grand public, avaient pu passer un moment très sympathique chez un chocolatier, mais il n’y avait pas autant de choix qu’ici. Il fallait bien que l’acteur repère des différences pour ne pas faire revenir à lui le souvenir d’un temps révolu. D’ailleurs, toutes ces histoires l’ennuyaient. Disputes de plus en plus fréquentes, alors même qu’ils se voyaient peu, avocats, divorce et tout ce qui s’ensuit. Ça aurait pu détruire un homme comme Mr Laurie, plus accro à sa famille que son personnage de House ne l’a été à la Vicodin… Au fond, heureusement qu’il avait rencontré cette jeune femme anglaise avant d’entrer ici. Cela le poussait à faire bonne figure et à ne pas laisser trop d’émotions l’envahir.


    "A la différence que si, au Louvre ou au British Museum, vous vous approchez d’une pièce de musée pour la manger, vous passerez pour iconoclaste… tandis qu’ici, la gourmandise n’a même plus rien d’un défaut !"

    Surtout pour les propriétaires de la boutique, en fait. Plus les clients étaient gourmands, mieux c’était pour eux. Et on peut comprendre ça facilement : on n’ouvre généralement pas une boutique pour la transformer en musée. Les lieux avaient un côté magique, mais pas comme dans le film de "Charlie & the chocolate factory"… cela dit, ce film-là avait plus d’une fois donné envie à Hugh de pouvoir faire ce genre de choses dans un endroit sensiblement différent. On dira ce qu’on voudra, mais il était déjà arrivé aussi que l’acteur songeât à enrober de chocolat sa collègue et amie, Lisa Edelstein, pour faire une sorte de délicieuse sculpture vivante. Et avec du chocolat de première qualité, bien sûr.
    Suite à l’accord de Freema pour un achat groupé de bloc de chocolat, Hugh lui accorda un sourire et fit signe au vendeur de ne pas tout casser au marteau, laissant entendre qu’il y aurait bien un bloc qui partirait entre d’autres mains que celles, gantées de latex, du vendeur.


    "Bah, invitez votre frère, alors, comme ça vous êtes sûre qu’il viendra bientôt… De mon côté, il faudra que je réfléchisse pour savoir avec qui partager un bloc pareil."

    En entrant dans le petit salon de dégustation, Hugh était occupé à passer en revue les gens avec qui il aimerait partager ce bloc de chocolat. Lisa, bien sûr. Shia, sûrement. Billie, certainement. Amanda ? why not… Domenic ? évidemment… Ashley et Ben, sans doute. Si Kate avait le temps, il n’aurait même pas hésité à la joindre juste pour ça.
    Bref, ça restait à voir. Les gens à qui pensait Hugh avaient, mine de rien, bien de la chance. Ce n’est pas tous les jours que quelqu’un songe à vous inviter pour partager un kilogramme de chocolat, au bas mot.

    Dans le salon où ils prirent place, Freema et Hugh ne purent que rester silencieux quelques instants. Que voulez-vous dire devant une telle atmosphère ? Ambiance feutrée, lumière douce, parfums enivrants… à quelques différences près, on aurait pu se croire dans un sanctuaire. En tout cas, ce lieu imposait le respect et quand Freema lui parla, Hugh – après avoir ri en imaginant son interlocutrice en miniature courir partout, bouche grande ouverte et hurlant à cause d’une liqueur de cerises – répondit à voix basse:


    "Je pense qu’on a tous eu ce genre de surprise à un moment ou à un autre… On ne sait jamais ce qui nous attend et on ne peut qu’être agréablement surpris ou déçu. Quand j’étais jeune adolescent, je suis un jour tombé sur un chocolat fourré à la liqueur de menthe. Parfait pour l’haleine fraîche, mais horrible sur l’estomac !"

    Sur la table, une carte paraissait n’attendre que d’être consultée par les soins des deux convives installés. L’acteur britannique s’en empara et regarde de plus près ce qui se faisait de mieux dans cet établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mar 1 Déc - 19:07

    Freema ne pouvait s'empêcher de contempler la décoration et les confiseries exposées, tout ceci ouvrait l'appétit et il était étrange de voir à quel point mettre les pieds dans ce magasin lui donnait faim. D'ailleurs, son ventre se manifesta en exprimant son mécontentement, c'était une véritable torture pour elle de regarder sans pouvoir goûter mais, ce n'était plus qu'une question de temps maintenant parce que Hugh venait tout juste de lui proposer de se joindre à elle pour en profiter un peu. Le chocolat était le meilleur remède contre la tristesse ou le stress, Freema en avait donc bien besoin parce que même si elle se cacher derrière son sourire, il y avait certaines choses qui ne tournaient pas rond dans sa vie, peut-être que Hugh aussi, qui sait ? On a tous ses problèmes, on est tous humains mais, les acteurs étaient de fins stratèges lorsqu'il s'agissait de camoufler ses émotions pour faire bonne figure.

    Citation :
    "A la différence que si, au Louvre ou au British Museum, vous vous approchez d’une pièce de musée pour la manger, vous passerez pour iconoclaste… tandis qu’ici, la gourmandise n’a même plus rien d’un défaut !"

    La jeune femme ne put s'empêcher de rire en écoutant Hugh, il avait un humour qui ne laissez personne indifférent, il savait répondre du tac au tac et avec une aisance que Freema lui enviait, il fallait dire qu'ils n'étaient pas de la même génération non plus, du haut de ses trente ans, elle avait encore beaucoup à apprendre de la vie.

    « C'est exact. Je trouve l'endroit vraiment apaisant, les couleurs, l'odeur, la musique... C'est vraiment tranquille ici, ça m'étonne qu'il n'y ait pas beaucoup de monde, c'est dommage, ils ne doivent faire que passer et ne profitent pas du salon de dégustation. »

    Le vendeur s'approcha et s'occupa du bloc de chocolat alors que toutes les pensées de Freema étaient tournées vers son frère et Hugh sembla s'en douter.


    Citation :
    "Bah, invitez votre frère, alors, comme ça vous êtes sûre qu’il viendra bientôt… De mon côté, il faudra que je réfléchisse pour savoir avec qui partager un bloc pareil."

    Les choses n'étaient pas aussi simples, hélas. Depuis que leurs parents avaient divorcé les choses n'étaient plus les mêmes entre eux, ils étaient plus distants et se donnaient rarement des nouvelles, elle doutait fortement qu'il accepte de faire escale aux États-Unis uniquement pour la voir et elle ne savait pas non plus s'il avait quelqu'un dans sa vie. Freema fut tirée de sa rêverie par le bruit du sachet, elle adressa un sourire aux vendeurs et suivit Hugh dans le salon de dégustation, s'installant dans un fauteuil en face de lui. L'ambiance était tellement apaisante que la jeune femme ne put s'empêcher de bailler, la main devant la bouche jusqu'à ce qu'elle lui raconte la petite anecdote à propos des chocolats à la liqueur de son enfance.

    Citation :
    "Je pense qu’on a tous eu ce genre de surprise à un moment ou à un autre… On ne sait jamais ce qui nous attend et on ne peut qu’être agréablement surpris ou déçu. Quand j’étais jeune adolescent, je suis un jour tombé sur un chocolat fourré à la liqueur de menthe. Parfait pour l’haleine fraîche, mais horrible sur l’estomac !"

    Ce fut au tour de Freema de rire en écoutant l'anecdote de Hugh.

    « Liqueur de menthe ? Beurk ! Je comprends pourquoi on dit que la vie est comme une boîte de chocolats parce qu'on ne sait jamais sur quoi on peut tomber. En tout cas, quand on sent le liquide couler on a un réflexe archaïque complètement idiot c'est de mettre sa main au-dessus de sa bouche et de courir après la poubelle la plus proche, vous n'avez jamais remarqué ? » dit-elle en riant légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 6 Déc - 17:37

    L’arrière-salle de dégustation de cette petite boutique était surprenante. On ne s’attendait généralement pas à avoir une pièce aussi bien organisée quand on voyait l’intérieur du magasin. Il faut croire que le gérant avait mis les bouchées doubles pour faire de ce lieu quelque chose de confortable, intimiste et authentique.
    Un climat des plus agréables où il était très sympathique de se trouver, même en compagnie d’une presque parfaite inconnue à qui on était relié uniquement par une amie commune et un casting passé le jour même – où ils ne s’étaient même pas croisés d’ailleurs. L’endroit rapprochait les gens et c’était sans doute ce qui créait cette connivence entre les deux Britanniques, outre leur amour commun pour le chocolat.
    Hugh, en voyant rire sa collègue, ne put réprimer un sourire. Les choses étaient parfois tellement simples et faciles, dans la vie. Pourquoi n’était-ce pas toujours le cas ? Et, effectivement, le lieu aidait peut-être à simplifier les choses de la vie, qui sait ?


    "Je suppose que tout va trop vite dans la vie des gens. Il faut pouvoir s’arrêter et regarder autour de soi, s’émerveiller de ce qu’on a, de ce qu’on voit, et profiter des bons moments. Tout le monde n’a pas le temps de prendre le temps… simplement."

    Wow. Ça c’était joliment dit. Mr Laurie se félicita mentalement de ces paroles pleines de sens et d’épicurisme. Car oui, sur le coup, on pouvait très bien rapprocher ces propos de ceux qu’un Épicure ou qu’un Horace auraient pu dire des siècles auparavant. Mais ces deux-là n’avaient pas connu le chocolat, malheureusement pour eux. Ils n’avaient jamais su ce qu’ils rataient.

    Discuter allègrement avec Freema, c’était un de ces moments qui pouvaient ne vouloir rien dire, mais qui pouvaient changer beaucoup de choses. La vie réservait tellement de surprises que le hasard acquerrait parfois un pouvoir énorme sur les destinées de chacun.
    Mais en voyant son interlocutrice bâiller, Hugh se demanda s’il ne l’ennuyait pas un peu avec ses propos peut-être un peu hors-sujet. Mais apparemment, ce n’était pas le cas, puisqu’elle riait légèrement en reprenant la parole quand il lui eut raconté les chocolats à la liqueur de menthe. Et la scène qu’elle évoqua, Mr Laurie la visualisa très facilement, vu que ça lui était arrivé plus d’une fois, et il rit à son tour.


    "Ah, cette fameuse citation de Forrest Gump… C’est tellement vrai qu’on se demande si elle n’a pas été inventée dès qu’on a découvert le chocolat !
    Eh oui, la poubelle salvatrice… Bizarrement, on s’y réfugie tous et toujours dès qu’on a une mauvaise surprise en bouche !"
    Puis, après une seconde ou deux de blanc, il précisa : "Ne voyez aucune allusion sexuelle dans ce que je viens de dire, miss Agyeman… Ce genre de métaphores, c’est plutôt Greg House qui les utilise…"

    Hugh ponctua ses paroles d’un nouveau sourire et appela la jeune femme chargée de s’occuper des clients de l’arrière-salle.

    "Vous pouvez nous faire un assortiment complet pour deux personnes ? Ah, et prévoyez une poubelle, aussi, nous avons une théorie à expérimenter…"


Dernière édition par Hugh Laurie le Lun 7 Déc - 17:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Lun 7 Déc - 14:08

    Freema afficha une moue légèrement surprise en écoutant les sages paroles de l'interprète du Dr House, c'était vrai que Hugh ne ressemblait pas du tout à son personnage mais, c'était sûrement pour cela qu'il le jouait si bien. Bien entendu, il avait joué dans d'autres séries et d'autres films mais, l'actrice était elle-même beaucoup trop occupée par sa carrière pour prendre le temps d'observer le jeu de certains de ses collègues. Ses paroles n'étaient pas dénués de sens, bien au contraire, la jeune femme approuva même d'un signe de tête suivit d'un petit « exactly ».

    Citation :
    "Ah, cette fameuse citation de Forrest Gump… C’est tellement vrai qu’on se demande si elle n’a pas été inventée dès qu’on a découvert le chocolat !

    « Ce film a bercé mon enfance. » répondit-elle de manière évasive en se remémorant le bon vieux temps, une soirée télévision entre famille, avec quelques confiseries, le tout devant un feu de cheminée lorsqu'il faisait trop froid.

    Forrest Gump comptait parmi ses films préférés, Tom Hanks y était très touchant, comme dans Seul au Monde, le film pendant lequel Freema avait pleuré à chaude larmes lorsque le ballon « Winston » était tombé à l'eau et la scène du bâteau qui passe en arrière plan pendant que le pauvre homme était à la dérive. Le changement physique de Tom Hanks était impressionnant, il avait dû s'adonner à un entraînement intense pour obtenir la musculature et le poids qu'il avait en fin de tournage. Sincèrement, il faisait partie de ses acteurs préférés.

    Citation :
    Eh oui, la poubelle salvatrice… Bizarrement, on s’y réfugie tous et toujours dès qu’on a une mauvaise surprise en bouche ! … Ne voyez aucune allusion sexuelle dans ce que je viens de dire, miss Agyeman… Ce genre de métaphores, c’est plutôt Greg House qui les utilise…"

    Au début de sa phrase, Freema n'en avait pas vraiment saisi le sens caché mais, la précision de Hugh eut le don de la faire rire franchement et d'ailleurs elle eut un peu de mal à se calmer. L'actrice riait toujours lorsque la personne chargée de s'occuper d'eux se posta à leur niveau pour prendre la commande.

    Citation :
    "Vous pouvez nous faire un assortiment complet pour deux personnes ? Ah, et prévoyez une poubelle, aussi, nous avons une théorie à expérimenter…"

    Freema posa instantanément sa main devant sa bouche et fit mine de tousser pour éviter que la pauvre femme ne s'offusque, ce qui fut un peu le cas lorsque Hugh mentionna la poubelle.

    « Dans ce cas, je paie les boissons. Pour moi ce sera... Hmm. Une de vos spécialité et je laisse mon ami choisir. » précisa t-elle pour qu'elle puisse noter ce que l'acteur souhaitait boire en accompagnement.

    Une fois la commande terminée, elle acquiesça d'un signe de tête puis, s'éloigna pour ramener leur commande. La jeune femme revint quelques minutes plus tard avec l'assortiment demandé par l'acteur et les boissons commandées par Freema qui bigla un peu sur le contenu du plateau.


    « La meilleure façon de résister à la tentation, c'est d'y céder ! » dit-elle de manière philosophique, le doigt pointé en l'air comme le ferait un scientifique pour expliquer une théorie.

    « A nos poubelles. » dit-elle en rapprochant la sienne de son siège.

    Et comme l'explique si bien le sketch de Gad Elmaleh, Freema se pencha, sa main caressant son menton tandis que son regard vacillait de pralines en pralines jusqu'à en prendre un complètement au hasard, le montrant à Hugh en faisant mine de trinquer et le mit dans sa bouche, le laissant fondre un moment avant de croquer. Un "hmm" appréciateur se fit entendre, l'actrice le savoura le plus longtemps possible.


    « Bonne pioche. »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Lun 7 Déc - 23:10

    Du chocolat, un peu d’épicurisme et le temps devant soi… Il n’en fallait pas plus pour pouvoir espérer goûter à un moment de plénitude. Le temps ne s’arrêtait pas, faut quand même pas déconner, mais il s’agissait de profiter pleinement du moment. Carpe diem, comme disait l’autre… Et ce que Hugh venait de dire à Freema aurait pu être traduit par "Carpe mecum diem". Mais bon, c’était une autre histoire qu’Horace n’aurait certainement pu qu’approuver.
    L’actrice semblait d’accord avec ce que son collègue masculin venait de dire et, en quelque sorte, ça le rassura. Parfois, les gens n’aiment pas qu’on leur dise franco que le monde court trop vite et que c’était là la meilleure manière de passer à côté de l’essentiel et des petits riens qui font tout. Le mot "Exactly" qui sortit de la bouche de la Britannique fut comme un encouragement pour Mr Laurie. Il ne se trompait pas et, mieux encore, il n’était pas le seul à envisager les choses de cette façon. Tant mieux. À vrai dire, être le seul à adhérer à un mode de pensée, ça ne devait pas être génial.

    Et quand la jeune femme annonça que "Forrest Gump" avait bercé son enfance, Hugh sourit. Ce film, il l’avait montré un soir à sa famille, il s’était assis au milieu de ses enfants pour voir ça entouré de ceux qu’il aimait. William, Charlie et Rebecca avaient eu l’air d’apprécier, mais il n’avait jamais su si les enfants avaient préféré le film ou la glace qu’il leur avait amenée pour que le moment soit le plus proche possible de la soirée parfaite. Jo était là aussi, bien sûr, elle avait toujours été là… presque.
    Mais soit, Hugh avait vu ce film quelques années auparavant et il avait donc une réponse adéquate à fournir à son interlocutrice, sans avoir à entrer dans des détails personnels qu’il n’avait pas envie de partager maintenant.


    "Je ne peux pas en dire autant, mais je l’ai vu deux ou trois fois il y a quelques années."

    Il souriait. Un sourire peut-être un peu nostalgique sur le coup, mais seul l’œil exercé des amis proches était capable de remarquer ce genre de changement infime. Hugh avait le cœur brisé quand il songeait à sa famille et de ce fait, il lui arrivait de s’enfermer dans la solitude pour ne pas avoir à répondre à des questions qu’il jugeait dérangeantes sur le moment.

    Heureusement que l’humour existait. C’était sa manière à lui de se protéger de la curiosité et des sensibilités exacerbées. Avec une petite blague, tout passait mieux, comme une lettre à la poste – du moins quand cette dernière n’est pas en grève – et il n’était plus nécessaire d’avoir à se perdre en circonlocutions pour chercher la porte de sortie. Non, vraiment, l’humour, c’était la meilleure chose à utiliser dans pas mal de cas.
    Ainsi, Hugh fut plutôt content de voir Freema rire d’un bon cœur, bien bruyamment et sans réussir à garder la moindre once de sérieux, même devant la serveuse qui était arrivée et qui regardait les deux Britanniques d’un air outré, tandis que Miss Agyeman feignait de tousser, non sans un certain savoir-faire, soit dit en passant… Elle avait dû s’entrainer plusieurs fois pour ses tournages pour arriver à un résultat pareil !

    Et comme Freema laissait à Hugh le choix des boissons, il réfléchit rapidement puis prononça, l’air un peu trop solennel :


    "Apportez-nous votre meilleur chocolat chaud, miss… Nous fêtons un grand événement et sans votre aide, nous n’y parviendrons pas !"

    Ponctuant ses paroles d’un clin d’œil qui fit enfin changer l’expression de la serveuse, Hugh se pencha vers Freema pour lui dire simplement :

    "Un casting de Kate, ça se fête, non ?"

    Un casting et une rencontre. Freema avait même utilisé le terme "ami" pour parler de Mr Laurie. Ce dernier n’aurait pas employé ce mot-là, puisqu’il avait tendance à faire une nette différence entre les connaissances, les potes et les amis. Enfin, c’était plutôt flatteur, en fait. Et il appréciait cette jeune femme suffisamment pour avoir envie de la classer parmi les copains/copines de L.A. Et c’était une compatriote, en outre. Peut-être bien que l’amitié viendrait par la suite, qui sait… si Kate les choisissait pour son film, ça pouvait très bien arriver.

    Bref. La serveuse revint, avec une table roulante où étaient posés un plateau bien garni et deux boissons. Un joli tableau, si l’on faisait abstraction des yeux doux que tentait de faire à présent l’employée de la boutique. Peut-être avait-elle reconnu les deux convives ? ça n’aurait pas étonné Hugh. Ça arrivait tout le temps, maintenant. Il lui sourit et revint à Freema tandis que la serveuse s’éloignait.
    L’actrice, alors, leva le doigt, façon Platon sur le tableau "L’École d’Athènes" et sortit l’une de ces grandes phrases terriblement vraies.


    "Ah, Oscar Wilde… Encore un qui avait raison !"

    Mr Laurie regarda Freema s’emparer d’une première praline, choisie au hasard, et la goûter. Le ravissement qui se peignit sur ses traits était étonnant : même l’actrice la plus talentueuse de tous les temps n’aurait jamais pu reproduire cette expression tellement vraie et juste. Pas de doute, l’Anglaise devait aimer.

    À son tour, Hugh choisit une praline. Chocolat blanc. D’aspect lisse et délicat, une praline toute en finesse. Quand il la prit dans ses doigts, il la regarda encore quelques instants, tout en laissant ses doigts en examiner la texture. Enfin, il la porta à la bouche, ferma les yeux et croqua une bouchée, laissant le parfum parvenir à ses narines, le bruit du chocolat qui craque à ses oreilles et la saveur envahir peu à peu ses papilles gustatives. C’était sa manière à lui de déguster les bonnes choses. Avec les cinq sens. Le corps entier en profitait et le souvenir sensoriel demeurait plus longuement… telle la madeleine de Proust.

    Seulement, voilà, Proust avait eu la chance de tomber sur une bonne madeleine et pas sur une praline, identifiée aussitôt comme étant la "Carré pistache" au massepain et à la pistache (bien sûr, on ne va pas l’appeler Carré Pistache si c’est à la pomme de terre !). Lui qui n’aimait ni le massepain ni la pistache, il était servi !

    Grimaçant de dégoût, Hugh fut donc le premier des deux convives à utiliser sa poubelle. Et sa manière de déguster étant superbement bien étudiée pour garder le souvenir de cette praline, l’acteur frissonna en tordant la bouche.


    "Beuh ! Quelle horreur ! Je crois que je préfère encore la liqueur de menthe !
    Désolé, mais je vais prendre immédiatement une autre praline, il faut que je fasse partir ce goût le plus vite possible !"


    Il prit une praline identifiée et connue, cette fois, une Othello. Crème au beurre café sur fond gianduja. Ça au moins, il était sûr de ne pas être déçu et de ne pas avoir de mauvaise surprise.

    "Je me fais avoir chaque fois. Je pense prendre une Manon et je choisis un truc au massepain !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Mar 8 Déc - 19:15

    Freema était la première à reconnaître que certaines personnes ne prenaient pas le temps, que ce soit pour eux ou pour les autres, les acteurs étaient d'ailleurs les premiers à n'avoir le temps de rien... Ils profitaient rarement des petits plaisirs de la vie, toujours en voyage, en tournage pour interpréter une personne qui ne leur ressemblait pas toujours mais, c'était ça, être acteur et quelque part c'était le plus beau métier du monde parce qu'ils étaient amenés à rencontrer les fans qu'ils évitaient dans la rue pour la plupart. Être reconnu, c'était quelque chose de bien mais, quelque fois c'était vraiment ennuyeux, on avait l'impression d'être épié à chaque coin de rue, un sentiment d'insécurité qui rendaient agressives certaines de ces célébrités.

    L'actrice décida de se concentrer sur ces merveilleuses petites choses étalées sur un plateau devant elle avant de lever les yeux vers Hugh qui souriait de manière un tantinet nostalgique en évoquant le film Forrest Gump, peut-être lui rappelait-il quelque chose, Freema décida de se taire et de respecter la minute de silence de l'acteur, il ne voudrait sûrement pas être dérangé dans ses souvenirs et la jeune femme ne voulait pas le lui demander, elle considérait ce genre de comportement totalement déplacé, voire même impoli. Chacun avait droit à sa petite bulle de solitude pour méditer, elle la première... Freema avait souvent la tête dans la Lune comme le disait si bien ses professeurs lorsqu'elle était enfant et la maturité n'avait pas arrangé les choses, plus elle vieillissait et plus elle réfléchissait sur la vie et ses aléas.

    Le silence régnait dans la pièce sauf lorsque Hugh montrait l'une des facettes de sa personnalité ; l'humour et que Freema riait de bon cœur à ses blagues et d'ailleurs, son rire s'intensifia en voyant la moue de la serveuse qui fixaient les deux acteurs comme s'ils venaient tous deux d'une autre planète. Elle semblait étonnée de les voir rire et pourtant, le chocolat rendait heureux d'après ce qu'on disait et encore plus lorsqu'on le dégustait en compagnie d'une personne telle que Hugh Laurie.


    Citation :
    "Apportez-nous votre meilleur chocolat chaud, miss… Nous fêtons un grand événement et sans votre aide, nous n’y parviendrons pas ! Un casting de Kate, ça se fête, non ? "

    Freema tapota légèrement la table de son poing comme le faisait certains ivrognes dans les pubs, arborant un air triomphant.

    « Élémentaire mon cher Hugh. A Oscar Wilde... et à Forrest Gump. »

    Ce fut au tour du quinquagénaire de goûter une praline et il choisit un chocolat blanc et ce n'avait pas l'air d'être l'un de ces chocolats fourrés à la liqueur mais, celle-ci lui arracha tout de même une mimique de dégoût. Il devait y avoir un ingrédient qu'il ne devait pas aimer. Freema eut un léger rire en voyant la tête qu'il faisait, on aurait dit un enfant à qui l'on fait goûter les choix de Bruxelles (restons dans le thème de la Belgique xD).

    Citation :
    "Beuh ! Quelle horreur ! Je crois que je préfère encore la liqueur de menthe !
    Désolé, mais je vais prendre immédiatement une autre praline, il faut que je fasse partir ce goût le plus vite possible !"

    La jeune femme cessa toutes moqueries, si l'on pouvait appelé ça ainsi et acquiesça d'un signe de tête, l'observant d'un air suspect comme si elle s'attendait à ce qu'il s'étouffe ou qu'il fasse l'inverse.

    Citation :
    "Je me fais avoir chaque fois. Je pense prendre une Manon et je choisis un truc au massepain !"

    « Ah ! La phrase de Forrest Gump est juste, une théorie en moins à tester ! A mon tour maintenant. »
    Freema opta cette fois pour un chocolat au lait dans lequel elle croqua franchement malheureusement, la liqueur qui se trouvait à l'intérieur coula le long de son menton, décidément, elle n'était pas sortable ! Et curieusement, c'était de la liqueur de menthe, l'actrice comprenait à présent ce que voulait dire Hugh lorsqu'il parlait d'haleine fraîche, le goût de la menthe avait complètement envahi sa bouche et c'était une chose qu'elle n'aimait pas tellement alors si en plus c'était de l'alcool... Bien vite, elle s'empara d'un mouchoir et essuya le surplus avant de cacher le chocolat dedans pour le mettre à la poubelle. Un frisson la parcourut et Freema tira la grimace.

    « Celle-ci, c'était une mauvaise pioche... J'ai goûté la liqueur de menthe et je vous comprend c'est … bouark. » dit-elle en frissonnant une énième fois avant de boire une gorgée de son chocolat chaud. « Par contre, ça c'est du chocolat chaud. On voit que c'est du vrai chocolat qui a été fondu dans une casserole et non des granulés en poudre qu'on met dans une tasse au micro-ondes ! »
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 13 Déc - 13:14

    Le passé était le passé. Il ne servait pas à grand-chose de s’y replonger et de s’y perdre en imaginant que si on n’avait pas agi de cette manière, si on avait plutôt fait comme ceci ou comme cela, on n’en serait pas là. Ce qui était fait était fait et on n’y pouvait plus rien.
    Hugh était habité par cette espèce de nostalgie depuis que les choses avaient dégénéré avec Jo Green. Bien sûr, il pouvait comprendre que ce n’était pas facile pour une femme de ne voir son mari que quelques fois sur un mois, mais il avait ressenti exactement la même chose et pourtant, il était resté fidèle jusqu’au bout, même si la tentation avait souvent été grande. Le seul moment où il avait outrepassé la barrière, c’était un baiser, un simple baiser volé. Et à présent, il se retrouvait seul, aux States, loin de ceux qui comptaient le plus pour lui. Tout reconstruire n’était pas évident et l’Anglais faisait de son mieux pour ne pas rester affligé par tout ça. Dieu soit loué, les amis de l’acteur étaient là pour l’aider à traverser cette épreuve, mais bon, ça n’était pas toujours suffisant.

    Le silence était plein de sens. C’était l’une de ces certitudes que Mr Laurie avait depuis l’événement tragique. Le silence signifiait beaucoup. Solitude. Absence. Affliction. Déréliction. Chercher à rester dans le silence, c’était aussi ne pas vouloir s’en sortir. Et ça pouvait devenir pathologique. On appelait ça la dépression et Hugh en avait déjà été atteint. A présent, il se battait pour éviter que cela ne se reproduise tant ça l’avait démoli.
    Mais le chocolat rendait heureux et aidait à laisser les soucis de côté, pour un temps béni où seul l’instant présent comptait vraiment. On comprenait mieux, en dégustant ces délices, que le chocolat pouvait être considéré comme antidépresseur. Et Hugh trinqua avec Freema, en essayant de ne pas se laisser aller à considérer le passé, ce temps perdu pour toujours.

    D’ailleurs, pour détendre l’atmosphère, le chocolat était un véritable expert. Il suffisait de se rappeler le film avec Johnny Depp, Chocolate. Le bonheur faisait peur et était vu d’un mauvais œil. Mais une fois qu’on y avait goûté, c’était particulièrement difficile, voire impossible, de s’en passer. Le bonheur devenait comme une drogue dure à laquelle l’addiction était quasiment obligatoire. Bonheur et chocolat, c’était kif-kif. À peu de chose près. Le chocolat rendait heureux. Le bonheur permettait d’apprécier le chocolat. Et après ? eh bien, après, on se sentait vivre et pour de bon !


    "Bonne chance !"

    Mr Laurie prit une gorgée de son chocolat chaud tout en observant sa collègue prendre une praline et la goûter, sans faire usage du même rituel cérémonial que l’homme utilisait à l’envi dès qu’il s’agissait de chocolat. D’un autre côté, parfois, il valait mieux expédier l’affaire car sa méthode permettait de garder plus longtemps la saveur en bouche… alors, quand on tombait sur une praline qu’on n’aimait pas, merci pour la longue durée !
    Et quand Hugh vit la tête que faisait son interlocutrice, des coulées de liqueur verdâtre sur le menton, il ne put s’empêcher de rire franchement. Il fallait avouer que la situation ne manquait pas d’éclat et de fraîcheur – fraîcheur de menthe, assurément ! – et que Freema était pour le moins expressive…


    "Ah, au moins, je ne suis pas le seul être au monde à ne pas apprécier le mélange chocolat-menthe !
    Non, mais ! les concepteurs ont beaucoup d’imagination, mais je ne pense pas que certains alliages soient très adéquats… Imaginez, le jour où il y aura des pralines à la choucroute ou au cassoulet !"


    Au moins aussi fin et délicat que le chocolat à la menthe, ça c’était sûr !
    Heureusement que le chocolat chaud avait ce pouvoir magique d’effacer un mauvais souvenir gustatif. Mais Mr Laurie se demandait s’il y avait deux pralines de chaque sorte et si, donc, il pouvait, lui aussi, tomber sur un de ces trucs horriblement mentholés. Hum… la réponse n’allait pas de soi et il doutait que la serveuse acceptât de se plier au jeu en révélant quelles étaient les "bonnes" pralines et lesquelles il valait mieux éviter.


    "Il me semble avoir lu quelque part que la recette du chocolat chaud date des débuts de la chocolaterie Neuhaus… 1857. Une vraie recette d’arrière-arrière-arrière-grand-mère !"

    Et ce fut au tour de l’acteur de prendre une praline. Mais cette fois, il prit garde de ne pas se laisser avoir. Il choisit une praline qu’il connaissait bien et qui ne risquait pas de lui faire faux bond : une snobinette noisette. Il présenta les autres à Freema.

    "Prenez une snobinette, miss Agyeman, elle ne déçoivent que rarement. Si je ne me trompe, il y en a trois sortes : champagne, capuccino et noisette."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Lun 14 Déc - 19:52

    Décidément, Hugh était un bon acteur parce que Freema ne semblait pas vraiment remarqué son malaise ou du moins ne s'y attarda pas, bien trop occupée à tirer la grimace et à frissonner de dégoût pour les pralines fourrées à la liqueur de menthe. Comment pouvait-on faire un mélange aussi abjecte et comment pouvait-on l'apprécier ensuite ? Elle en eut même un hoquet, tentant tout de même de faire ça avec classe pour ne pas passer pour une femme qui ne connait pas les bonnes manières face à un homme aussi cultivé que l'acteur interprète de Dr House.

    Citation :
    "Ah, au moins, je ne suis pas le seul être au monde à ne pas apprécier le mélange chocolat-menthe !
    Non, mais ! les concepteurs ont beaucoup d’imagination, mais je ne pense pas que certains alliages soient très adéquats… Imaginez, le jour où il y aura des pralines à la choucroute ou au cassoulet !"

    « En général, je n'aime pas les chocolats fourrés à la liqueur quelle qu'elle soit mais, je dois bien avouer que de parmi toutes celles sur lesquelles je suis tombée jusqu'à maintenant, celle-ci était la pire d'entre toutes mais, bon... Au moins j'ai goûté. Je me demande même si les concepteurs, comme vous dîtes, on prit la peine de goûter avant ou alors ils en ont tellement mangé que le palet est devenu insensible. En plus, la menthe ce n'est pas du tout mon truc, sauf peut-être la feuille de menthe qui entoure les rouleaux de printemps... Rien que d'y penser j'en ai l'eau à la bouche. Chocolat fourré à la choucroute et au cassoulet ? Beurk ! Pire encore ; aux choux de Bruxelles. Un mélange détonnant, dans le sens propre du terme. » ajouta t-elle, toujours en tirant une grimace très expressive.

    « Je vais vous imitez et prendre une autre praline pour faire passer le goût. »

    Sitôt dit, sitôt fait. Freema s'excécuta et profita du plaisir de laisser le chocolat fondre dans sa bouche cette fois-ci alors que Hugh lui contait l'histoire de ce chocolat chaud dont la recette datait de 1857.

    « En effet, c'est une vieille recette mais, je ne suis pas vraiment étonnée de l'apprendre » dit-elle en acquiesçant d'un petit mouvement de la tête. « Le chocolat et moi, c'est une grande histoire d'amour. »

    Citation :
    "Prenez une snobinette, miss Agyeman, elle ne déçoivent que rarement. Si je ne me trompe, il y en a trois sortes : champagne, cappuccino et noisette."

    Freema eut une petite moue, le champagne la rendait souvent pompette rapidement, le cappuccino, elle appréciait mais, sans plus... Il n'y avait que la noisette qui semblait l'intéresser mais, elle fit tout de même confiance au jugement de Hugh et prit l'une des pralines qu'il lui conseillait. Elle but une gorgée de son chocolat chaud et goûta la fameuse snobinette dont le nom lui avait arraché un petit sourire. Au but de quelques secondes, Freema eut un petit gémissement de contentement suivit d'un mouvement de tête appréciateur. C'était une praline au cappuccino, un vrai délice.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Sam 19 Déc - 13:59

    Parfois, on était tout de même en droit de se demander ce qui pouvait bien passer par la tête des artisans chocolatiers qui proposaient des mélanges infects. À voir la tête que tirait Freema en cet instant précis, elle pouvait se poser la question et proposer une réponse des plus sensées : certains étaient tout simplement timbrés. Hugh ne dévisagea pas l’actrice. Après tout, il avait connu le même dégoût déjà auparavant et il savait à quel point cette liqueur à la menthe s’avérait récalcitrante quand il s’agissait d’en chasser le goût et l’arrière-goût. En même temps, cela permit aussi à Mr Laurie d’assistait à un bel étalage de grimaces et plissements de paupières de son interlocutrice. Charmant, vraiment charmant.
    Alors, Freema expliqua que jamais elle n’avait apprécié les pralines fourrées à la liqueur, et continua sur la lancée que l’acteur avait ébauchée : quelles pires pralines était-il possible d’inventer pour dégoûter les gens, à vie, du chocolat fourré ?


    "Remarquez, des mélanges pareils, ça peut être intéressant dans le cadre d’un régime amincissant… Plus de tentation du tout avec les pralines aux choux de Bruxelles, à la choucroute ou au cassoulet… Je vois d’ici la campagne publicitaire !"

    L’Anglais riait. Evidemment. Comment aurait-il pu en être autrement ? Les mimiques très expressives de Freema avaient ce don magnifique d’amener les gens au sourire et au rire. Sans oublier, bien sûr, sa manière bien à elle de dire les choses.
    L’Anglaise reprit une praline pour faire passer le goût de la précédente. C’était un moyen comme un autre pour cela, et il avait l’avantage d’être efficace. Quant au chocolat chaud, un bon vieux chocolat fondu et touillé à la main, il n’y avait rien de meilleur sur terre ! sauf peut-être dans la gammes des boissons apéritive, mais ça, c’est une autre histoire. Et comme Hugh, passionné d’Histoire, avait daté la recette de ce merveilleux breuvage, Freema parla de sa vie de couple avec le chocolat.


    "Ce genre d’histoires d’amour, c’est peut-être le seul qui dure vraiment toujours ! Pourtant le chocolat multiplie les conquêtes : regardez, rien qu’ici, nous deux, puis tous les gens qui travaillent dans cette boutique, les passants qui regardent la vitrine sans oser pousser la porte… Tous des amants du chocolat. Mais racontez-moi, alors, votre "première fois" chocolatée… Souvent ce sont les moments les plus beaux et les plus riches en émotions. J’adore ça."

    Quant à la snobinette qui partit fondre sur le palais de l’actrice, elle devait faire son office à la perfection, vu le petit gémissement que poussa Freema. Une fois encore, le chocolat s’invitait dans la bouche pour se répandre comme un flot de bien-être dans tout le corps… Et le mouvement de tête approbateur ne le trompait pas : Freema était de ces personnes avec lesquelles partager des pralines est un moment fort et intense, comme du chocolat noir aux 75% de cacao.

    "Cette fois, c’est vous qui choisissez une praline pour moi, miss. Je suis sûr que vous allez me trouver quelque chose de savoureux !"

    Ou pas. La surprise était toujours au rendez-vous dans ces jeux de devinettes. Et c’était justement ça qui était le plus amusant. Combien y avait-il de pralines sur ce plateau ? soixante ? septante ? plus ? et parmi toutes celles-ci, quelles étaient les pralines que Hugh n’aimait pas ? Le hasard allait guider Freema et on verrait alors si le hasard faisait vraiment bien les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 20 Déc - 15:36

    Dans un sens, c'était dommage que la jeune femme soit dans un lieu public accompagné d'un acteur et compatriote qu'elle ne connaissait que depuis une heure à peu près auquel cas, elle aurait foncé fans les toilettes pour se brosser les dents, se faire un gargarisme ou d'autres choses tout aussi peu élégantes mais, qui lui aurait permis de supprimer définitivement le goût de la liqueur de menthe qui lui brûlait la gorge et lui piquait le nez... Pour une fois, l'expression : "Tu as le nez trop près de la bouche" était exacte. Bon, c'était vrai que ça avait son avantage, au moins, elle avait une haleine fraîche. Hugh ne semblait pas lui en tenir rigueur, il fallait dire qu'elle avait eu droit à la soupe à la grimace quelques instants plus tôt.

    Citation :
    "Remarquez, des mélanges pareils, ça peut être intéressant dans le cadre d’un régime amincissant… Plus de tentation du tout avec les pralines aux choux de Bruxelles, à la choucroute ou au cassoulet… Je vois d’ici la campagne publicitaire !"

    Freema se mit à rire, la campagne imaginée par Hugh lui arracha une nouvelle grimace.

    "Vous pouvez être sûr que ça marchera sur moi !" dit-elle bien qu'elle savait éperdument ne pas avoir besoin d'un régime, elle se plaisait comme elle était et c'était ce qui importait le plus.

    Citation :
    "Ce genre d’histoires d’amour, c’est peut-être le seul qui dure vraiment toujours ! Pourtant le chocolat multiplie les conquêtes : regardez, rien qu’ici, nous deux, puis tous les gens qui travaillent dans cette boutique, les passants qui regardent la vitrine sans oser pousser la porte… Tous des amants du chocolat. Mais racontez-moi, alors, votre "première fois" chocolatée… Souvent ce sont les moments les plus beaux et les plus riches en émotions. J’adore ça."

    "Exactement ! C'est l'amant dont on peut se vanter de cacher dans l'armoire."

    Par la suite, elle ne put s'empêcher de rire une nouvelle fois aux paroles de Mr Laurie qui lui demandait de lui raconter sa première fois, comment rester de marbre ? Le British restait sérieux jusqu'au bout lorsqu'il jouait la carte de l'humour, c'était un don.

    "J'étais toute petite à l'époque et je me souviens que c'était une tartine de nutella... Ma mère a gardé la photographie dans mon album d'enfance, je ne sais pas comment je m'y suis prise mais, mon visage en était barbouillé... Un vrai masque en chocolat. Dire que ça existe vraiment dans les instituts de beauté, du chocolat sur le visage... On doit résister à la tentation de ne pas tout manger."

    Elle but une nouvelle gorgée de son chocolat chaud qui était tout simplement délicieux... C'était un plaisir de goûter à une telle boisson par un temps pareil et en aussi bonne compagnie.

    Citation :
    "Cette fois, c’est vous qui choisissez une praline pour moi, miss. Je suis sûr que vous allez me trouver quelque chose de savoureux !"

    "A vos risques et périls." le prévint-elle en montrant en se penchant tout en frottant ses mains.

    "Hmmm... Vous avez déjà goûté à la Manon ?" demanda t-elle en la pointant du doigt. "Sinon, il y a une praline classique, je suis sûre que celle-ci est fourrée avec une noisette. C'est visible."
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Ven 25 Déc - 15:54

    Les mauvaises surprises qu’on pouvait avoir avec les pralines, mieux valait éviter de les faire trainer. Il fallait se débarrasser bien vite de ces horreurs gustatives, peu importe la manière de le faire. Hugh connaissait cela et il ne pouvait donc pas tenir rigueur de quoi que ce fût à Freema. D’ailleurs, il trouvait qu’elle restait assez digne pour quelqu’un qui venait d’avoir en bouche une praline à la liqueur de menthe ! Car Freema avait conservé un calme quasiment olympien et un visage pas trop grimaçant. C’était dingue, un tel self-control ! Mr Laurie ne s’était pas gêné pour exprimer par ses traits son dégoût et elle… elle gardait sa dignité. Chapeau !
    Mai heureusement, cela ne faisait pas de l’actrice une personne hermétique aux émotions, car voilà qu’elle recommençait à rire, un rire gai et sympathique à entendre, le genre de rire qu’on entend avec plaisir.


    "Sur moi aussi, c’est évident ! On pourrait se lancer dans la pub pour ces pralines et aider à sauver la planète du fléau de l’obésité… "

    Tant qu’à faire, on pouvait rêver de sauver l’humanité ou de refaire le monde. Même avec des pralines. On n’imaginait pas la puissance du chocolat, le pouvoir du cacao ou la force des différentes préparations dont on fourre les pralines.

    D’ailleurs, le chocolat était aussi un amant des plus fidèles. L’idée était plaisante, là aussi, et Freema semblait d’accord avec le concept. Pas besoin d’aller chercher dans la sitophilie, il suffisait de se laisser porter, se laisser aller et savourer. Un peu comme quand on fait l’amour, simplement. En fermant les yeux et en appréciant chaque instant et chaque sensation qu’éveillait en nous le merveilleux chocolat.


    "Ah, vous le cachez, vous ? Moi je le laisse bien en vue, la tentation et l’envie d’essayer d’y résister, ça me motive toujours… mais bon, le chocolat est souvent le plus fort, ça je ne le cache pas… "

    Puis, après un éclat de rire, Freema raconta sa "première fois" chocolatée (Lecteur, lectrice, ne vous faites pas d’idée, il n’est toujours pas question de sitophilie ici, merci). Une petite histoire toute simple et tellement vraie, de ces moments d’enfance qu’on n’oublie jamais et qui vibrent de vérité quand vous les évoquez. Mr Laurie aimait entendre ce genre d’histoires. Ça lui permettait de se plonger dans l’imagination, pour essayer d’évoquer la scène qui lui était contée. Bon, techniquement, ce n’était pas facile d’imaginer le visage d’enfant de quelqu’un que l’on n’a jamais connu qu’adulte, mais Hugh procédait comme on pouvait le voir dans "Eternal sunshine of a spotless mind" où l’on voyait un Jim Carrey adulte dans un corps d’enfant caché sous la table de la cuisine : un enfant de quatre ans, barbu, des petites pattes d’oie près des yeux et le visage déjà un peu travaillé par les années.
    Pour Freema, donc, Hugh la voyait en miniature, avec une énorme tranche de pain tartinée de chocolat crémeux dont le parfum était caractéristique et inimitable. Et la petite Freema faisait bonne chère, tout en s’étalant du chocolat sur le front, le bout du nez, les pommettes… La fille de Hugh, Rebecca, avait fait pareil quand elle était toute petite.
    Pour ce qui était des instituts de beauté, Hugh n’était pas un expert, loin de là, même, mais il se doutait bien que son interlocutrice devait dire vrai, on faisait un peu n’importe quoi avec de la nourriture, ces temps-ci…

    Puis, la jeune femme choisit une praline pour lui. Une Manon. Elle avait dû comprendre, d’une manière ou d’une autre, que c’était là sa praline préférée ! Hugh la prit et sourit.


    "Tout ça me fait penser au film « Chocolat », avec Juliette Binoche et Johnny Depp… Vous l’avez vu ? Vous me faites vraiment penser à Vianne quand elle devine le chocolat préféré des gens du village… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   Dim 27 Déc - 16:35

    [ :mdr1: ]

    Citation :
    "Sur moi aussi, c’est évident ! On pourrait se lancer dans la pub pour ces pralines et aider à sauver la planète du fléau de l’obésité… "

    « Je ne vous le fait pas dire. Maintenant que vous parlez de l'obésité, cela me fait penser à une séquence de bêtisier que j'ai vu sur une chaîne française. Les enfants de la Télé, il me semble que c'est le titre de l'émission en question, je ne sais pas si elle vous dit quelque chose, elle regroupe tous les moments cultes de la télévision et ils ont pris la séquence télé d'une émission matinale, un cuisinier était en train de préparer un plat bien gras et l'invité, Michel Boujenah, un acteur et humoriste que j'apprécie beaucoup parce qu'il a un rire très communicatif, a dit que ça résolvait le problème de la faim dans le monde. »

    La situation était très drôle à voir, pour ne pas dire ambigu pour quelqu'un qui vendrait tout juste de s'incruster dans la conversation, surtout lorsqu'ils parlaient d'amants alors qu'en fait, les deux acteurs parlaient essentiellement du chocolat.

    Citation :
    "Ah, vous le cachez, vous ? Moi je le laisse bien en vue, la tentation et l’envie d’essayer d’y résister, ça me motive toujours… mais bon, le chocolat est souvent le plus fort, ça je ne le cache pas… "

    Freema acquiesça d'un petit signe de tête. Elle ne mettait pas le chocolat en évidence, contrairement à Hugh.

    « Oui, je le cache. Je dois être trop égoïste mais, un amant, ça ne se partage pas. » répondit-elle sans une once de sérieux. « Non, en général, les boites sont dans une vitrine et je les sors pour des occasions spéciales, comme lorsqu'on me rend visite. »

    Freema n'avait aucune idée de ce qu'il se tramait dans la tête de Hugh qui était en train de l'imaginer plus petite, comme un genre de mini moi dans Austin Powers, elle avait déjà rencontré Verne Troyer une fois et c'était impressionnant... Il était plus âgé qu'elle et pourtant, ne mesurait que 81 centimètres, malgré tout, sa filmographie n'en restait pas moins impressionnante.

    Citation :
    "Tout ça me fait penser au film « Chocolat », avec Juliette Binoche et Johnny Depp… Vous l’avez vu ? Vous me faites vraiment penser à Vianne quand elle devine le chocolat préféré des gens du village… "

    « Malheureusement non, je ne l'ai pas vu, pourtant je suis une fervente fan de Johnny Depp et je suis flattée de vous faire penser à Vianne bien que je ne la connaisse pas. La Manon est donc votre praline préférée, elles sont délicieuses. Le mélange ne peut pas nous laisser de marbre. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: « Le hasard fait bien les choses » [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Le hasard fait bien les choses » [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» [RP] Le hasard fait bien les choses...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]
» Le hasard fait bien les choses,. ( PV Shord , Mission de rang B)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
and...CUT :: HMC Place :: Corbeille :: Poubelle RP-
Sauter vers: