Want to be a Star?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meryl Streep

avatar


Messages : 96
Date d'inscription : 22/05/2010
Date de naissance : 22/06/1949
Age : 68
Localisation : Quelque part entre le Connecticut et Los Angeles
Etat civil : Épouse de Don Gummer. Amante de Hugh Laurie. Mère de 4 enfants.
Nationalité : Américaine


My Career
Current Projects:
Money: 5 120 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Lun 24 Mai - 2:17

940 S. Flower Street, Los Angeles.


    Voilà, c'était officiel ! Meryl était l'heureuse locataire d'un appartement à Los Angeles. La raison de cette dépense, avouons-le, onéreuse ? Une lassitude profonde des hôtels ! L'actrice en avait, en effet, assez de loger dans les chambres vides et impersonnelles des grands hôtels. Elle en avait aussi assez des longs couloirs et des halls d'entrée où elle risquait à tout moment d'être apostrophée, interpellée, dérangée. Loin d'elle l'idée de fuir ses admirateurs ou devenir antisociale, surtout pas, mais disons simplement que comme toute personne, elle avait besoin d'intimité... surtout dans une ville aussi grande et aussi peuplée que Los Angeles. Ainsi, souvent appelée à se rendre à la cité des anges, elle avait décidé de louer un appartement, question d'avoir son petit chez soi bien à elle. Ça, bien sûr, c'est la raison qu'elle avait donnée à Don, son mari. Enfin. C'était la principale, du moins...

    La seconde raison et sans doute la plus importante pour Meryl était que... hum... vous ne tarderez pas à le découvrir ! En attendant, si on allait voir où en est Meryl ?

    L'actrice était dans l'appartement qui allait lui servir de résidence secondaire. Un appartement de taille raisonnable, avec une grande cuisine, un salon faisant également office de salle à manger, une salle de bain spacieuse comprenant un gigantesque bain-tourbillon et deux chambres aussi grandes que confortables. Les meubles étaient arrivés depuis quelques jours, en même temps que l'actrice qui était en visite à Los Angeles spécialement pour l'installation de son logement. Don et les filles, qui étaient à leur tour venus pour aider respectivement leur épouse et leur mère, venaient de quitter. Don et Louisa s'en retournaient au Connecticut, tandis que Mamie et Grace avaient affaire à New York. Cela signifiait donc que Meryl était seule. Seule... Et ce soir, elle avait franchement besoin de la compagnie de quelqu'un. D'un Britannique appelé Hugh, de préférence. Il se trouvait à Los Angeles et ce n'était pas un hasard si Meryl s'y trouvait également. L'actrice avait brillamment tout planifié.

    Entourée de boîtes de carton vides et de papier bulle, elle se fit un chemin jusqu'à son sac à main. Il flottait dans l'air une odeur excitante de "neuf". Seigneur ! Elle avait l'impression d'avoir rajeuni de 40 ans ! Elle se sentait exactement comme lorsqu'elle avait emménagé dans son premier et minuscule appartement, au Connecticut, alors qu'elle était étudiante en art dramatique à Yale. C'que le temps passe vite ! Cela dit... Elle prit enfin son portable et composa rapidement le numéro de Hugh. Elle l'avait tellement composé qu'elle le connaissait par cœur. Malheureusement, elle tomba sur sa boîte vocale...


    Citation :
    Salut, vous êtes bien sur ma messagerie, comme vous pouvez le constater... ça veut dire que je ne suis pas disponible pour le moment. Si vous avez quelque chose d'important à me dire, laissez-moi un message. Bye.

    - Euh... Salut Hugh ! C'est Meryl. Je t'appelle pour te dire que je suis arrivée à Los Angeles depuis hier, comme convenu. Je n'ai rien de prévu pour ce soir, alors je me suis dit qu'on aurait pu se voir... Rappelle-moi !

    Meryl referma son téléphone en soupirant, puis se mordit la lèvre inférieure en regardant tout autour d'elle. Elle adorait son nouveau logement et se voyait déjà y passer de chouettes moments. Pas seulement avec Hugh, mais aussi avec sa famille, ses amis, ses collègues. Elle qui s'était toujours juré de ne jamais habiter dans cette ville immense, ne regrettait pas du tout son choix. Oh non. Mais ça lui faisait tout drôle, quand même. Constatant que le départ de Don et des filles lui avait paru plus difficile qu'elle ne le pensait, elle commença tranquillement à se sentir un peu triste. Des remords ? Sans aucun doute. Enfin bon.

    Il y avait encore beaucoup à faire si elle voulait que l'appartement soit "clean" pour l'arrivée de Hugh. Si arrivé, il y avait bien entendu. Elle n'imaginait pas passer la soirée toute seule. Se connaissant, elle savait qu'elle allait se morfondre. Bon. Il ne servait à rien d'attendre que Hugh téléphone à son tour. Autant finir de tout mettre en ordre. L'essentiel était installé, allant du lit au set de salle à manger. La seule chose que Meryl n'avait pas eu à acheter, c'était les électroménagers, ceux-ci étant fournis à la location de l'appartement. Il ne restait que les valises à défaire et les quelques déchets trainant ici et là à jeter. La sexagénaire était on ne peut plus fière de sa décoration, pour le peu qu'elle avait fait, puisque ça restait quand même assez "basic". Elle avait su mélanger le style moderne de ses meubles à quelques antiquités appelées affectueusement "vieilleries", par sa fille cadette Louisa. Meme Don sembla heureux de voir certains de ces objets disparaître de la maison du Connecticut. Rah ! .Franchement, tout était parfait. L'appartement était simple, mais confortable.

    Meryl se mit donc au travail, lorsque son portable sonna enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Lun 24 Mai - 18:23

    A cinquante ans, on est habitué aux surprises de la vie… enfin, on commence à s’y faire, disons. Et pourtant, il y a toujours quelque part un petit quelque chose de surprenant. Pour Hugh, la dernière surprise en date avait été d’apprendre, de la bouche de Meryl Streep elle-même, qu’elle viendrait vivre quelque temps à Los Angeles, sans son mari et sans ses enfants. N’était-ce pas tout simplement dingue ? Bon, évidemment, cela signifiait certainement que Meryl irait dans un hôtel. Jusqu'ici, elle n'avait jamais accepté les invitations de l'acteur à venir vivre chez lui le temps qu'il fallait...
    Depuis le temps qu’il la connaissait, jamais Mr Laurie n’aurait pu imaginer pareil événement. Et pourtant… eh bien, oui, c’était la réalité. Une pure et simple vérité, de celles qui vous coupent le souffle tandis que votre esprit se met à essayer d’organiser tous les éléments entrant en considération dans l’affaire. Meryl à Los Angeles… cela signifiait qu’elle serait plus proche de lui… Meryl sans sa famille… cela voulait dire qu’elle serait plus accessible… Et puis, le plus important, Meryl sans son mari – un homme que Hugh appréciait néanmoins – c’était la liberté de pouvoir voir la sexagénaire quand le Britannique le souhaitait.

    Ce qu’il y avait entre Hugh et Mrs Streep-Gummer ? C’était simplissime. Il s’agissait d’une histoire d’adultère. Tout avait commencé dans les coulisses d’un théâtre… et ça avait continué sur le tournage de "Plenty"… Il y avait désormais trente ans que les deux acteurs se voyaient régulièrement et tout autant qu’ils se connaissaient, au sens biblique du terme. Ah, les années 80 ! Un prolongement de l’esprit libéré de Woodstock, peut-être…
    Quoi qu’il en soit, Hugh avait vingt-et-un ans, Meryl en avait trente-et-un… et tous deux s’étaient plu puis complu dans le stupre pourtant simple d’une amitié très forte comportant certaines caractéristiques toutes particulières. Amitié et plus… car affinités, pouvait-on dire sans se tromper.

    Ainsi, l’Anglais savait que sa maîtresse vivrait dans les parages pour des laps de temps plus importants que ceux imposés par tel ou tel tournage... Il y avait certainement là derrière l'une ou l'autre raison ayant trait à la vie médiatique de Meryl, mais il se disait que si elle vivait quelque temps dans le même hôtel, elle finirait par y avoir ses avantages. L’idée était réjouissante et l’acteur attendait patiemment le jour béni où sa belle lui ferait signe.
    Ce jour-là, Hugh était sorti pour promener son chien. Il n’avait pas pris son portable, puisqu’il profitait de ces instants de calme pour se couper un peu du faisceau de relations grouillantes qui entourent toujours la plupart des personnes un tant soit peu célèbres. Généralement, la promenade durait une petite heure, puis le Britannique allait acheter un journal qu’il lisait en rentrant. Et c’est ainsi que tout se déroula, selon un planning minuté tout à fait habituel. L’Anglais marchait d’un pas de métronome, attendait son chien qui reniflait les arbres, les poteaux et autres poubelles. Une heure se passa. Ensuite, Mr Laurie s’arrêta à une petite libraire où il acheta le Times, puis il rentra chez lui. Rien de plus normal.

    Tout se précipita lorsque l’homme écouta sa messagerie. Car message il y avait. Et pas de n’importe qui…


    Meryl Streep a écrit:
    Euh... Salut Hugh ! C'est Meryl. Je t'appelle pour te dire que je suis arrivée à Los Angeles depuis hier, comme prévu. Je n'ai rien de prévu pour ce soir, alors je me suis dit qu'on aurait pu se voir... Rappelle-moi !

    Wow wow wow ! Hugh lâcha son journal à même le sol tandis que son chien courait partout avec la laisse encore attachée à son collier. Il composa de mémoire le numéro de la belle sexagénaire et n’eut pas à attendre bien longtemps avant que celle-ci ne décroche…

    "Hey ! Alors, il paraît que tu es libre ce soir ? ça tombe bien, j’avais prévu de t’emmener fêter ton arrivée à L.A. !"

    Mr Laurie adorait sortir avec Meryl. C’était synonyme de « passer un excellent moment en très charmante compagnie ». Et, généralement, ces petites sorties se soldaient par ce que l’on pourrait appeler un fameux « bouquet final » !

    "Tu as fait bon voyage, j'espère ? Si tu as besoin d'un coup de main pour t'installer dans ta chambre, tu sais que j'ai deux bons bras..."

    Véritable gentleman, toujours dispose à aider son prochain – surtout lorsqu’il s’agissait de Meryl –, Hugh était prêt à porter de lourdes valises jusqu'au dernier étage (peut-être pas si l'ascenseur était en panne, remarquez), ou à revêtir des habits d’ouvrier pour arranger un évier ou repeindre une voiture, tout comme il était prêt à s’armer d’un plumeau pour faire les poussières. Dans de pareils cas, la vraie virilité, c’était aussi se mettre à la disposition d’une belle pour l’aider dans les tâches ménagères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Meryl Streep

avatar


Messages : 96
Date d'inscription : 22/05/2010
Date de naissance : 22/06/1949
Age : 68
Localisation : Quelque part entre le Connecticut et Los Angeles
Etat civil : Épouse de Don Gummer. Amante de Hugh Laurie. Mère de 4 enfants.
Nationalité : Américaine


My Career
Current Projects:
Money: 5 120 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Mar 25 Mai - 1:21

    Vous savez, le matin de Noël ? Vous savez, lorsqu'on se réveille et que c'est l'heure tant attendue d'ouvrir les cadeaux ? On dévale alors les marches de l'escalier quatre par quatre en manquant de près de trébucher. Et quand vient enfin le temps de déballer le premier cadeau, celui-là tout spécialement, on l'ouvre à une vitesse fulgurante tout en trépignant de joie et d'excitation. L'attente était si grande ! Et bien c'est exactement avec ce même "état d'esprit" que Meryl répondit au téléphone. On aurait dit une enfant.

    - Oui ? lança-t-elle, sur un ton sensuel, sachant éperdument qu'il s'agissait de Hugh.

    L'acteur répondit. Woooaw... cette voix ! Même après toutes ces années, la voix de son beau Britannique lui faisait tout autant d'effets, sinon plus. Son petit accent avait quelque chose d'incroyablement... mmm...séduisant. Elle ne se lassait pas de l'entendre. Jambes molles, papillons au niveau du bas-ventre, bouffées de chaleurs vous donnant l'impression que vous allez vous évanouir à tout moment. Vite, un siège ! Meryl alla donc s'asseoir sur son beau sofa tout neuf, dans une position confortable, jambes repliées.


    - Le voyage s'est bien passé. Un peu long, comme d'habitude, mais rien comparé à tout le temps que nous passerons ensemble. Je suis ici jusqu'à la mi-juin...

    Machinalement, elle entrouvrit la bouche et vint poser l'ongle de son index sur ses dents, ce qu'elle faisait habituellement quand elle se sentait d'humeur coquine.

    - Cela dit, c'est gentil pour l'offre, mais je suis déjà toute installée. D'ici, d'ailleurs, j'ai une vue incroyable !

    L'actrice soupira, la tête pleine de projets pour la soirée et les jours à venir.

    - Pour ta première offre, par contre, ce n'est de refus ! Mais ce soir... c'est moi qui invite !

    Meryl se leva et fit quelques pas vers la porte vitrée menant sur un grand balcon. L'endroit idéal pour un tête-à-tête. Elle joua avec une de ses mèches de cheveux tout en regardant dehors. Oui, la vue était en effet splendide. Elle se voyait déjà l'admirer en compagnie de Hugh, collée tout contre lui.

    - J'ai découvert un endroit très charmant, très intime, pas très loin de chez toi. On y mange plutôt bien et euh...

    Euh... du vin ! Pas de vin ! Elle n'avait pas de vin !!! Vite... une solution !

    - ... c'est un "apportez votre vin" ! Bien joué, pensa-t-elle. Je te laisse t'en charger ? Rouge ou blanc, ou les deux, tiens !

    La sexagénaire n'avait, pour ainsi dire, laissez aucune chance à son interlocuteur de répondre. Non pas qu'elle ne voulait pas lui parler, mais c'est surtout qu'elle voulait éviter toute question l'obligeant à dévoiler la surprise qu'elle lui réservait.

    - Écoute, j'ai quelques petites choses à terminer. Alors, rendez-vous à 19h00, au 940 S, Flower Street. Je t'attendrai dehors, devant l'entrée.

    Les deux acteurs se saluèrent longuement, à la façon de deux jeunes amoureux...

    Elle : Bon... je raccroche...
    Lui : Tu es toujours là ?
    Elle : ... Oui. Tu raccroches ?
    Lui : Non, toi raccroche.
    Elle : Non, toi.
    Lui : Toi.
    Elle : Okay...

    Bref ! Ce petit jeu dura au moins 5 minutes avant que tous deux finissent par enfin raccrocher en même temps.

    Meryl regarda sa montre. 15h00. Il ne lui restait donc que 4 heures pour aller chercher de quoi manger "plutôt bien", pour préparer le repas, pour prendre un bain à la lavande, pour se coiffer, pour s'habiller, pour se recoiffer parce que sa première coiffure ne sera à son goût, pour se rhabiller parce que la nouvelle coiffure ne fonctionnera pas du tout avec la première tenue et, enfin, pour se rendre à l'entrée de l'immeuble afin d'accueillir Hugh. En gros, elle n'avait pas une minute à perdre !

    Meryl attrapa donc son sac à main et ses clés. Direction poissonnerie. Ce soir, il allait y avoir du homard au menu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Mar 25 Mai - 22:22

    Cette voix… même lorsqu’il l’entendait dans un téléphone, elle provoquait toujours le même effet sur lui. Fourmillements étranges lui parcourant le torse, comme si chacun de ses poils était un terminal alimenté par cette voix… Un simple « oui » ainsi entendu et Hugh perdait le contrôle de toutes ses sensations. Mais alors, quand cette voix prenait ce ton-là… l’acteur se sentait perdre pied dans la réalité. Effectivement, lorsqu’une femme vous parle avec une voix si sensuelle, cela ne peut signifier que deux choses : soit vous allez souffrir, soit tout à fait l’inverse. Dans le cas de Meryl, c’était la voix ouvrant la voie au plaisir…
    Au téléphone, Hugh eut un sourire. Jusqu’à mi-juin ? cela laissait un fameux champ de possibilités ! Il pourrait l’emmener un peu partout, cinéma, restaurant, opéra… et septième ciel, bien sûr. La recette parfaite pour un séjour entre amants… autant allier les péchés capitaux les plus adaptés, dans ce genre de situation : l’envie, la gourmandise, la luxure…


    "Jusque mi-juin ! Hey, tu sais ce que ça veut dire !!"

    Mi-juin, c’était le quinze juin. Autrement dit, Hugh aurait certainement le loisir de fêter sa prise d’âge annuelle en charmante compagnie. Et ça, ça valait le coup, il en était intimement convaincu !
    Alors qu’il s’était proposé pour donner un coup de main à sa jolie maîtresse, Mr Laurie se fit gentiment remballer. Pas besoin de lui pour l’installation ? Eh bien, soit. Il pourrait tout aussi bien se rendre utile autrement. D’ailleurs, Mrs Streep venait de l’inviter pour un repas en tête-à-tête… mmmh, voilà qui s’annonçait très prometteur !


    "Pas loin de chez moi ? Hum… dans ce coin-là, l’endroit le plus intime que je connaisse, c’est mon appartement… Tu vas donc réussir à me faire découvrir quelque chose dans les parages, alors que je vis ici, maintenant ! Vraiment, t’es extraordinaire !"

    Oh, un "Apportez votre vin"… Hugh n’allait jamais souvent dans ces trucs-là… mais il devait bien avoir quelques bonnes bouteilles. La dernière fois que Christian était passé, il avait apporté du vin français, du rouge… et Hugh avait aussi deux ou trois bouteilles de vin blanc californien. Le mélange des deux ne devait pas être terrible, mais bien dosé, un peu à la fois, ça devait être génial !

    "Okay, ça marche. Deux bouteilles de blanc et deux bouteilles de rouge… ça devrait suffire pour t’aider à te remettre du voyage… et puis, j’apporterai quelque chose pour après… tu sais, un petit digestif…"

    L’homme établissait mentalement la liste des choses qu’il devait emporter. Puis, il haussa un sourcil en entendant le nom de l’endroit où Meryl lui donnait rendez-vous. Flower Street ? Mais, si l’Anglais ne se trompait pas, c’était à quelques kilomètres seulement de chez lui ! Alors, Meryl avait trouvé un petit resto sympa de ce côté-là ? Intéressant !

    "Flower Street, c’est noté… Un rendez-vous à 19h, ça va me forcer à bien m’habiller et à aller t’acheter un petit quelque chose !"

    Après cela, il fallut encore quelques minutes pour les dernières formalités, puis encore au moins autant pour se dire au revoir et raccrocher… alors que tous deux allaient se voir quatre heures plus tard…

    Pour un homme, avoir quatre heures devant lui avant un rendez-vous, c’était un laps de temps énorme. En quatre heures, on pouvait regarder un film, prendre une douche, sortir le chien, passer chez le fleuriste ou ailleurs, rentrer, prendre une autre douche, enfiler un costume élégant, se brosser les dents, etc.
    Bref, Mr Laurie avait tout le temps de se faire beau, d’être surprenant et de danser la carioca avec son berger allemand pour fêter l’événement de ce soir.
    D’ailleurs, une fois qu’il eut raccroché, le Britannique fut comme pris d’un vent de folie. Il lança son portable sur le sofa et courut après son chien pour lui enlever sa laisse, emmêlée entre temps dans les pieds de tables et de chaises – note pour l’avenir : éviter les laisses auto-déroulantes à l’intérieur – et ayant tissé un réseau arachnéen digne de Spiderman au mieux de sa forme. Avec la musique d’AC/DC en fond, l’Anglais se mit à danser – la danse de la victoire – tout en commençant à retirer ses vêtements pour prendre une douche froide et se remettre les idées en place… parce que sans cela, il était prêt à faire vraiment n’importe quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Meryl Streep

avatar


Messages : 96
Date d'inscription : 22/05/2010
Date de naissance : 22/06/1949
Age : 68
Localisation : Quelque part entre le Connecticut et Los Angeles
Etat civil : Épouse de Don Gummer. Amante de Hugh Laurie. Mère de 4 enfants.
Nationalité : Américaine


My Career
Current Projects:
Money: 5 120 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Lun 11 Oct - 23:27

    15h02.

    Sitôt sorti de son appartement puis de l’immeuble, Meryl embarqua dans sa voiture et embraya les moteurs de sa Toyota Prius couleur noire. Direction Figueroa Street ! C’était une rue somme toute très commerçante où elle trouverait sans la moindre difficulté une poissonnerie ou un supermarché. On était à Los Angeles, tout de même ! Ce ne fut pas bien long avant qu’elle ne reçoive l'appel, sûrement divin, d'un homard géant annonçant un festival de fruits de mer. "Thanks god", pensa Meryl. En moins de deux et presque sans égratignure, l'actrice stationna son véhicule avant de pénétrer dans le commerce.

    Très pressée, elle salua furtivement les personnes l'ayant reconnu et se dirigea sans plus tarder au comptoir où un charmant commis la servit. C'est alors que vint le temps de choisir les deux bestioles qu'elle allait faire cuire dans les heures à venir. Le nez collé contre la vitre de l'aquarium à homards, Meryl les regarda tristement. Pleine de remords et de culpabilité, elle choisit deux homards moyens, les moins actifs de la bande. Le tout emballé, elle retourna à sa voiture, cette fois-ci en prenant le temps de signer quelques autographes par-ci par-là. Ouf ! La célébrité a son lot d'avantages, mais aussi d'inconvénients. Oh... des autographes, Meryl aimait en signer, c'est sûr. Mais s'imaginer vivre ça au quotidien, ça, jamais. C'était un peu pour cette raison qu'elle avait choisi de vivre loin des quartiers de Los Angeles. Au Connecticut, elle pouvait au moins faire son épicerie clandestinement ou du moins sans être dérangée. Il est de ces villes où les gens ont un certain respect à l'égard des célébrités, ce qui n'était de toute évidence pas le cas à Los Angeles.

    Le retour à l'appartement se fit plus calmement. Meryl se permit d'appuyer un peu moins sur l'accélérateur. La musique, celle d'un disque que Hugh lui avait prêté, emplissait sa voiture. Cheveux dans le vent et lunettes de soleil sur le nez, l'actrice chantait sa joie de retrouver son amant.

    16h30.

    Après avoir fait un saut dans une pâtisserie puis dans une boutique de vêtement, Meryl arriva enfin chez elle. L'actrice déposa ses paquets et jeta ses clés sur la table, remplit l'évier de la cuisine avec de l'eau froide et y déposa les homards avec précaution. Encore 2h30 avant que Hugh n'arrive... Elle alla se faire couler un bain dans lequel elle ajouta quelques huiles essentielles. Pendant que la baignoire se remplissait, embaumant ainsi l'appartement d'une délicate odeur de vanille et de lavande, elle prépara sa tenue. Elle s'était acheté une petite robe noire, à la fois légère, simple et très aérienne, et au décolleté assez prononcé. Hugh allait adorer ! Après s'être fait un chignon, Meryl retourna à la salle de bain où elle ferma les robinets. Elle alluma quelques chandelles, se dévêtit tranquillement et se cala confortablement dans l'eau chaude et parfumée. Elle y resta pendant une bonne demie-heure, voire même un peu plus, songeant à ses retrouvailles avec Hugh.

    17h15.

    Après avoir bien relaxé, Meryl se réfugia dans sa chambre afin de s'y coiffer et s'habiller. Autant l'avouer, l'actrice n'avait jamais été capable de se coiffer seule. La plupart du temps, ça finissait en catastrophe. Elle demandait généralement à l'une de ses filles. Vous savez, les jeunes... ils savent ce qui est "tendance". Mais ce soir, pas de Louisa, ni de Grace, ni de Mamie. Au bout d'autant d'échecs que de tentatives, Meryl abandonna son combat contre son épaisse tignasse blonde. Rien à faire, c'était tout simplement laid ! Elle enfila lingerie, robe rouge et talons hauts, et alla chercher ses clés. À moins d'une heure quart avant l'arrivée de Hugh, il lui fallait un coiffeur, coûte que coûte. Puisqu'elle savait où aller, c'était chose simple. Au moins de temps qu'il ne le fallu pour le dire, elle fut déjà sur la route et pas moins de 30 minutes plus tard, déjà installée sur la chaise du coiffeur. C'est ce qu'on appelle être efficace !

    Fraîche comme une rose, elle quitta le commerce et reprit le chemin menant à chez elle. Alors qu'elle garait sa voiture, Hugh arriva à son tour. Meryl sortit de sa Toyota, referma la porte et vint s'adosser contre la carrosserie noire. En attendant Hugh, elle enleva ses lunettes et porta l'extrémité d'une des branches à sa bouche, un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Jeu 3 Mar - 21:44

Spoiler:
 

    Danser dans son appart, c’était un peu idiot comme comportement, mais Hugh était d’une humeur un peu fofolle en ce jour. Enfin, ce soir, plutôt. Il faut dire qu’il avait toujours adoré les petits rendez-vous avec Meryl et que, lorsque c’était elle qui organisait tout, il allait généralement de surprise en surprise. Heureusement que la douche froide lui permit de reprendre pied dans la réalité. Il se lava intégralement, prenant soin de masser son crâne et se savonnant partout avec ardeur. Et il chantonnait sous l’eau. Tsss… Non mais franchement, à cinquante ans passés, on aurait dit un jeune homme qui se rendait à un premier rencard avec une vraie bombe sexuelle.
    Coupant l’eau, Laurie quitta la cabine de douche, attrapa une serviette et s’essuya vigoureusement, en songeant à tout ce que Mrs Streep était sans doute en train de faire. Il l’imaginait dans sa salle de bain, en train de se préparer, puis il divagua un peu sur les femmes en général. Généralement, elles étaient pourvues de salles de bain bien équipées. Mais quand on voyait tout le matériel pour une seule journée, on comprenait mieux pourquoi elles passaient davantage de temps que les hommes dans la salle de bain, et qu'elles prenaient deux fois plus de valises pour un voyage de quelques jours seulement. Non mais, il fallait voir la vérité en face. Un homme qui se lève file dans la salle de bain, se lave rapidement, se sèche, s'habille et est prêt. Une femme doit se passer une crème différente pour chaque partie du corps, s'épiler parce qu'elle a une peur phobique de ses poils, se coiffer extrêmement bien et se maquiller de façon discrète mais prononcée, pour ne pas ressembler à une prostituée tout en mettant ses traits en valeur. De quoi perdre un temps horrible. Elles, c'est sûr, quand elles loupent leur réveil, elles sont dans la merde, alors qu'un homme trouve toujours le moyen de se débrouiller, tant il a peu de choses à faire.

    Hors de la salle de bain, vêtu de son essuie, Hugh alla chercher ses vêtements. Il prit un boxer et des chaussettes propres, puis regarda ce que lui proposait sa garde-robe… Et là, il se sentit comme une femme : comment était-il censé s’habiller ? Tenue de soirée ? non, Meryl avait parlé d’un « Apportez votre vin », ce devait être une soirée de type auberge espagnole. Tenue décontractée, alors ? oui mais non… c’était un rencard avec Meryl Streep, tout de même. Il fallait trouver le juste milieu.
    Il finit par se décider pour un look correct, mariant classe et décontraction : un jean bleu foncé qui faisait habillé, une chemise sans cravate, une veste noire par dessus la chemise et des baskets Converse All Stars. Tant que Meryl ne l’emmenait pas en boîte de nuit « Interdite aux baskets », ça pouvait passer pour n’importe quelle soirée.
    Il ajouta la touche finale en aspergeant un peu de déodorant à base d’ambre sous ses aisselles et une petite giclée d’eau de toilette dans l’ouverture du col de sa chemise. Ok, ça allait. Il ne lui restait plus qu’à prendre les bouteilles de vin qu’il avait préparées et puis il pouvait y aller.

    Dans sa voiture, Hugh écouta quelques chansons d’un album des Pink Floyd. Il n’avait pas bien loin à aller, mais il avait le temps de passer dans le centre-ville afin de chercher un bouquet de fleurs à offrir à la jolie sexagénaire. Chez le fleuriste, il choisit trente roses. La moitié d’entre elles était rouge et le reste se composait de roses blanches. La blancheur pour la pureté d’une amitié sincère, le rouge pour la passion de leur relation adultérine. Un beau gros bouquet, au final, qui avait de la gueule, comme on dit.
    Son trophée à la main, Laurie regagna sa voiture et conduisit jusqu’à l’endroit convenu pour le rendez-vous… et là, il aperçut la Prius noire. Meryl sortit de son véhicule et vint s’adosser contre la carrosserie. L’homme se gara à son tour et vit dans son rétroviseur la belle ôter ses lunettes et glisser l’extrémité de l’une des branches à sa bouche. Wow. Bon sang, quand elle faisait ce genre de choses, Hugh ne se sentait plus. Il la trouvait terriblement sexy et attirante, mais dans cette position, sans vouloir être vulgaire, elle était carrément bandante. Gosh, Hugh s’en voulut immédiatement d’avoir songé cela. Ce n’était pas vraiment correct et c’était quelque chose que l’on pouvait considérer comme des pensées interdites.

    L’acteur prit son temps pour sortir de la voiture. Il prit d’une main le panier à bouteilles dans lequel il avait mis le vin et dans l’autre main le bouquet de roses. Il cacha le bouquet derrière son dos et s’avança vers Meryl, un sourire aux lèvres.


    "Hello, vous !" Il prit son temps pour lui faire la bise, juste au coin des lèvres, pas tout à fait sur la bouche, mais pas non plus tout à fait sur la joue, puis il lui tendit le bouquet de roses. "Tiens, ma belle… une rose par année de folie vécue avec toi…"

    Souriant, il profita de ce moment où il lui donnait le bouquet pour lui effleurer la main. À présent, c’était elle qui décidait, c’était elle qui allait maîtriser la situation et lui, eh bien, il allait la suivre et tâcher d’être à la hauteur de ses exigences.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Meryl Streep

avatar


Messages : 96
Date d'inscription : 22/05/2010
Date de naissance : 22/06/1949
Age : 68
Localisation : Quelque part entre le Connecticut et Los Angeles
Etat civil : Épouse de Don Gummer. Amante de Hugh Laurie. Mère de 4 enfants.
Nationalité : Américaine


My Career
Current Projects:
Money: 5 120 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Jeu 3 Mar - 23:46

    Toujours adossée contre sa voiture, l'actrice ayant déjà franchi la soixantaine, mais relativement bien conservée pour son âge, détailla son ami pendant qu'il débarquait de sa propre voiture. Une barbe de trois jours, les cheveux un peu en bataille, son éternel veston noir et ses baskets, Meryl ne pu s'empêcher de sourire. Sa simplicité et son côté "adolescent éternel", voilà ce qui lui plaisait tant chez lui. Il lui apportait ce petit vent de nouveauté et de fraîcheur qu'elle n'avait hélas plus souvent avec Don, son mari. Autant se l'avouer, après plus de 30 ans de mariage, la routine est installée depuis longtemps, qu'on le veuille ou non. Fréquenter Hugh de temps à autre, entre deux projets ou deux tournages, brisait un peu cette routine qui s'était installée avec Don. Forcément, en fait. Et elle en avait bien besoin en ce moment. Elle le regarda donc s'approcher, l'air à la fois coquin et heureux de le revoir, dans son chez-soi à elle, cette fois-ci.

    Lorsqu'arrivé près d'elle, tous les deux se firent une bise chaleureuse. Rien qui ne pouvait laisser supposer une quelconque liaison. N'oublions pas qu'ils se trouvaient encore en public et que n'importe qui, paparazzi de préférence, pouvait les immortaliser en cliché. Ni Hugh, ni Meryl n'auraient voulu d'un tel scandale médiatique. D'une part, pour préserver leur vie personnelle. Si Hugh était divorcé, donc libre comme le vent, c'était loin d'être le cas de Meryl. D'autre part, tous les deux avaient notoriété que plus notoire, donc une réputation à garder. Il en allait de leur métier respectif. Quand des bruits courts, la carrière en est toujours affectée et pas toujours de manière positive. À 60 ans, Meryl n'était pas prête à mettre sur un trait sur sa carrière pour une partie de jambes en l'air ! Bref... la retenue avait bien meilleur goût. Puis, il lui offrit ce somptueux bouquet de roses blanches et rouges. Ses fleurs préférées. Enfin... celles que la plupart des femmes aiment recevoir, qu'elles soient jeunes ou moins jeunes, qu'elles soient épouses, mères, filles, amies ou simplement maîtresses. Visiblement émue et les joues aussi rouges que la quinzaine de roses rouges qui composaient le bouquet, Meryl prit ce dernier, effleurant du même coup la main de Hugh.


    - Oh, Hugh... il ne fallait vraiment pas. Et moi qui n'ai absolument rien à t'offrir...

    D'un naturel modeste, l'actrice baissa la tête en souriant timidement, mais la releva aussitôt. Elle attrapa alors le bras de Hugh et tous les deux commencèrent à marcher vers l'immeuble où Meryl venait d'emménager. Un bras accroché à celui de Hugh et le bouquet de fleurs dans le creux de l'autre bras, Meryl donnait l'air d'avoir été élue reine d'un bal ou de sortir d'une église au son de la marche nuptiale. Enfin... Sitôt arrivée dans ledit bâtiment, elle ouvrit les bras, telle une animatrice de talk-show faisant sa présentation.

    - Monsieur Laurie, voici l'endroit où nous dinerons ce soir. Une jolie table nous attend, quelque part entre le ciel et la terre. C'est intime, chaleureux et surtout à l'abri des regards indiscrets. Je vous fais faire une petite visite du proprio ? demanda-t-elle, l'air amusé.

    Elle emboîta alors le pas vers la porte menant à l'intérieur de l'immeuble, accompagnée de Hugh. Elle fit un signe de tête à son ami pour lui montrer l'ascenseur. Elle se souvenait vaguement d'une soirée où elle et lui avaient emprunté un escalier pour se rendre à l'appartement de l'acteur et dans lequel elle s'était adonnée à un savoureux "steerptease". De quoi émoustiller le beau British! Cette fois-ci, elle avait opté pour l'ascenseur. Déjà parce que l'appartement était assez haut perché et ensuite parce que tous les deux avaient des paquets. La belle sexagénaire appuya donc sur l'interrupteur de l'ascenseur, regarda Hugh du coin de l'oeil. Lorsque les portes s'ouvrirent, tous deux pénétrèrent dans la minuscule cabine. Direction septième étage.

    Meryl s'accrocha au bras de l'acteur une seconde fois, l'air aussi resplendissant qu'une adolescente ayant un premier rencart amoureux. Elle avait ces petites étincelles dans les yeux, signe qu'elle était enthousiasmée à l'idée de recevoir Hugh chez elle et de ce qui allait s'en suivre. C'est-à-dire un délicieux repas fait maison, du vin à profusion, des heures de rires et d'histoires à raconter, une tête qui se terminerait peut-être sous la couette ou dans un bain. Pendant cette soirée, elle allait oublier quelques instants sa vie qui lui semblait un peu monotone, ses soucis, ses inquiétudes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hugh Laurie
    [H]angover & Rock'n Roll

avatar


Messages : 1006
Date d'inscription : 06/09/2009
Date de naissance : 11/06/1959
Age : 58
Localisation : London or Los Angeles
Etat civil : divorcé / célibataire père de trois enfants
Nationalité : britannique


My Career
Current Projects:
Money: 103 154 $
Popularité:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   Sam 5 Mar - 19:54

    Quand il s’était approché de son amie, Hugh lui avait offert le bouquet de roses et n’avait pu réprimer un sourire en coin quand il avait entendu les paroles de Meryl. Il ne fallait pas ? Eh bien, ce n’était pas le genre de choses auxquelles Mrs Streep devait s’attendre venant de lui… Mais l’homme opta pour un comportement axé sur le sous-entendu plutôt que pour une attitude plus sage.

    "Tu n’as rien à m’offrir, vraiment ? Je suis persuadé du contraire, moi…"

    Mr Laurie avait encore ce sourire en coin qui laissait entendre que l’actrice pouvait faire énormément pour lui si elle le désirait. L’acteur était toujours dans un état presque second lors de ces rendez-vous avec la belle sexagénaire. Allez savoir pourquoi, elle mettait toujours tous ses sens en éveil et maintenait en lui cette forme de jeunesse éternelle qui plaisait tant.
    Mais déjà, Meryl avait attrapé son bras et l’entraînait vers un immeuble qu’elle lui présenta comme étant l’endroit où ils allaient manger ensemble ce soir. Il ne s’était pas attendu à cela… L’air étonné, Hugh ne put que suivre son amie, sans savoir vraiment quoi lui répondre. Il ne comprenait pas exactement ce qui se passait, mais Mrs Streep avait parlé de faire le tour du propriétaire. Avait-elle acheté dans le coin ? Suivant son amie, il entra avec elle dans l’ascenseur et constata qu’elle appuyait sur le bouton du septième étage. Quand les portes métalliques se fermèrent, l’acteur haussa un sourcil.


    "Septième étage… entre ciel et terre… Je ne peux m’empêcher d’entrevoir le septième ciel, tu sais !"

    Elle s’accrocha à son bras. L’acteur posa le panier à vin qu’il portait et s’approcha de son amie. Elle avait les bras chargés, elle aussi, mais il était trop content de la retrouver. Ils étaient seuls, ici. Personne à l’horizon, alors ils pouvaient en profiter un peu. Depuis le temps, l’homme avait très envie de goûter aux lèvres de Meryl. Et c’est ce qu’il fit. Hugh coinça la belle sexagénaire contre la paroi de l’ascenseur, se colla contre elle et se mit à l’embrasser avec fougue, sans autre forme de procès, il commença par de petits baisers déposés sur ses lèvres, puis il les attrapa entre les siennes avant d’introduire sa langue dans ce jeu sensuel.
    L’homme ne cessa cela qu’une fois l’ascenseur arrêté au septième étage. Entre temps, il avait laissé ses mains faire savoir à l’actrice à quel point elle lui avait manqué.


    "La prochaine fois, je provoque une panne de l’ascenseur et on y reste coincés ensemble pendant des heures…"

    Avec un sourire, il rendit sa liberté à Meryl et se pencha pour reprendre son panier à vin. Ce soir, il n’y aurait aucune gêne, aucun doute et aucune crainte. Tous deux se retrouvaient ainsi depuis tellement longtemps !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roommates.forum-free.org/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'hôtel ? Plus jamais ! [PV Hugh]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
and...CUT :: Home Sweet Home ::  ▌Appartements -
Sauter vers: